Accusé d'agressions sexuelles, le député Jean Lassalle se défend

Le député des Pyrénées Atlantiques Jean Lassalle s'est expliqué ce matin sur RTL après que plusieurs femmes l'ont accusé d'agression sexuelle.

"Je n'ai aucune mémoire, ni du moment, ni du lieu, et surtout du geste (…)". Invité de RTL ce matin, le député des Pyrénées-Atlantiques a répondu aux femmes qui l'accusent d'agression sexuelle, et notamment à Julia Castanier. Cette trentenaire, directrice de la communication du Parti communiste avait accusé Jean Lasalle de lui avoir mis une main aux fesses.
 
Des accusations qui font "remonter la bile" de l'ex candidat à la présidentielle. Mais Julia Castanier n'est pas la seule à avoir dénoncé ses agissements.
 


"Faudrait quand même être très dérangé"

Le journaliste Yves Calvi a également interrogé Jean Lassalle sur des accusations portées par une journaliste qui lui reproche d'avoir voulu l'embrasser de force dans un ascenseur.
Jean Lasalle a reconnu avoir travaillé avec cette journaliste de l'AFP maie ni toute tentative d'approche.
 

Passer une heure dans une chambre,  seuls avec la porte fermée, et ensuite aller l'assaillir dans l'ascenseur… Faudrait quand même être très dérangé.
 


"J'ai pu être lourdingue"

Colette Capdevielle, ex députée avait également témoigné, après être tombée sur Jean Lasalle dans les douches mixtes de l'Assemblée, s'être vue proposer de partager la douche avec lui.
Plus tard, il l'appellera "sa copine de douche" devant les personnes présentes à un salon agricole, "On prend la douche ensemble tous les matins", a-t-elle assuré.
 

J'ai certainement dû être maladroit. Je ne me souviens pas bien des circonstances. J'ai pu avoir une vanne mais pas celle-là, parce que ce n'est pas dans ma manière d'être

 
"Il faut savoir faire la différence entre l'approche de drague saine et lourdingue. J'ai pu être lourdingue dans mon attitude mais je me suis excusé quand je l'ai, ou qu'on me l'a fait remarqué", a-t-il poursuivi, avant de rappeler qu'il n'était visé par aucune plainte