Actes de pédophilie à Arthez d'Asson, le curé et son évêque devant le tribunal correctionnel

Monségneur André Fort, ancen évêque d'Orléans de 2002 à 2019. / © THIERRY BOUGOT/MaxPPP
Monségneur André Fort, ancen évêque d'Orléans de 2002 à 2019. / © THIERRY BOUGOT/MaxPPP

L'ancien évêque d'Orléans, André Fort sera jugé en correctionnelle pour ne pas avoir dénoncé des faits de pédophilie d'un prêtre de son diocèse, commis en Béarn en 1995. L'abbé Pierre de Castelet,  lui a été renvoyé pour agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans par personne ayant autorité.
 

Par Hélène Chauwin avec l'AFP

Des attouchements en juillet 93 en Béarn : 

Olivier Savignac est l'une des trois victimes présumées. Dès 2008, il avait été le premier à dénoncer les faits. Dans un courrier adressé à  l'évêché d'Orléans, il faisait état d'attouchements qu'il disait avoir subis quinze ans plus tôt en juillet 1993. Il participait alors à un camp à Arthez d’Asson en Béarn, organisé par le Mouvement eucharistique des jeunes (MEJ).
 

L'abbé de Castelet y officiait en tant qu'aumônier et, selon le journal La Croix, il y jouait le rôle d’infirmier. Il aurait pour faire subir des attouchements à de jeunes garçons.
    

Le silence de l'église

Olivier Savignac n'a pas reçu de réponse de l'évêché. Il avait ensuite rencontré Mgr Fort en lui précisant qu'une dizaine de jeunes avaient pu être victimes de l'aumônier du MEJ.

Comme rien ne se passait, il avait saisi à nouveau l'évêché. Mgr Blaquart avait pris la succession de Mgr Fort, parti à la retraite. Le nouvel évêque avait aussitôt saisi le parquet et une instruction avait été ouverte. Benoit de Gaullier, avocat de M. Fort. explique le silence de Mgr fort : 

 "Mon client a pensé que ce jeune homme ne souhaitait pas que les faits qu'il dénonçait soient rendus publics, mais qu'il voulait juste s'assurer que Pierre de Castelet n'avait plus de ministère auprès d'enfants"


Selon Me de Gaullier, André Fort "a pris acte de son renvoi devant le tribunal correctionnel et il s'expliquera".

Un évêque déjà condamné pour non dénonciation 


Il s'agit du premier évêque mis en examen pour non dénonciation d'actes pédophiles depuis Mgr Pierre Pican, évêque émérite de Bayeux. Ce dernier avait été condamné en 2001 à trois mois d'emprisonnement avec sursis pour non-dénonciation des faits de pédophilie commis par un prêtre de son diocèse de Bayeux, l'abbé René Bissey, auquel la cour d'assises du Calvados avait infligé 18 ans de réclusion en octobre 2000.
   
L'abbé Pierre de Castelet, lui avait été mis en examen en 2012. Son journal intime "crypté" avait été retrouvé lors de l'enquête. Sa hiérarchie l'avait couvert pendant 20 ans. 

Sur le même sujet

Marianne, non-voyante, court le semi-marathon de Bordeaux

Les + Lus