En Béarn, les femmes commandent !

Les Pyrénées-Atlantiques voient des femmes à des postes clés de la police et de la justice. Brigitte Pommereau est directrice départementale de la sécurité publique et Blandine Froment procureure générale. A elles deux, elles commandent près d'un millier de fonctionnaires.








Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

L'une porte l'uniforme, l'autre la robe. Brigitte Pommereau est directrice départementale de la sécurité publique (DDSP), c'est elle qui commande les 700 fonctionnaires de police que comptent l'agglomération paloise et la côte basque. Blandine Froment est procureure générale à la cour d'appel de Pau, elle est à la tête des 35 magistrats des parquets des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées ainsi que des 350 fonctionnaires du ressort. Une responsabilité qu'elle partage avec le premier président. 

Brigitte Pommereau est entrée dans la police il y a 30 ans comme inspecteur. Depuis, elle a gravi les échelons, jusqu'à son premier poste de DDSP en 2004. Depuis, au gré des mutations, elle sillonne la France, jusqu'à ce poste dans les Pyrénées-Atlantiques. Une carrière qu'elle a construite à force d'opiniâtreté et de travail, sans jamais, dit-elle, subir de mysoginie. Et pour cause: un policier sur 5 est désormais une femme, 31% des DDSP.

Blandine Froment a une carrière atypique pour une procureure générale. Jurassienne d'origine, elle a construit sa carrière à l'inspection générale des affaires judiciaires et à la tête des affaires pénitentiaires, mais pas dans un parquet. Nommée en juillet 2013 à Pau, elle se souvient de cette époque où les magistrates étaient cantonnées aux postes de juges des enfants ou des affaires familiales, rarement aux places de procureurs. Un temps révolu, puisque les femmes prennent de plus en plus de place: sur les 36 procureurs généraux en France, 13 sont des femmes.