• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Béarn: la volonté au delà de la maladie

Coline Martinez a besoin d'une voiture pour être indépendante / © Elise Daycard France 3 Pau Sud Aquitaine
Coline Martinez a besoin d'une voiture pour être indépendante / © Elise Daycard France 3 Pau Sud Aquitaine

Coline Martinez est atteinte d'amyotrophie spinale de type II, une maladie génétique qui la cloue dans un fauteuil. A 19 ans, elle s'est lancée un défi: acheter une voiture adaptée pour conquérir son indépendance. Une cagnotte internet est ouverte pour l'aider.

Par Elise Daycard

Elle est coquette et joyeuse comme une jeune fille de son âge. Pourtant, à 19 ans, Coline Martinez est clouée dans un fauteuil électrique: une maladie génétique, l'amyostrophie spinale de type II, atrophie ses muscles, l'empêche de marcher et respirer normalement.

Le jour où nous la rencontrons, elle vit chez ses parents à Gelos, après une année peu concluante à la fac de psychologie de Bordeaux. Coline est en vacances, elle vient de réussir le concours de l'ITS, l'Institut du travail social de Pau, une école pour devenir assistante sociale. Elle va chercher un appartement pour la rentrée.


Un quotidien autour de la maladie


Son quotidien est rythmé par des séances de kinésithérapie pour détendre ses muscles, un appareil respiratoire pour ouvrir ses poumons, et la prise d'un médicament à des heures précises. Aidée par l'AFM Téléthon, Coline a été sélectionnée pour un essai clinique, pour elle, mais aussi pour les futurs malades. Et les résultats sont encourageants: depuis novembre dernier qu'elle prend ce nouveau médicament, les symptômes de la maladie se sont bien ralentis. Un espoir et un soulagement pour sa famille, à commencer par sa mère Jacinthe, qui est aussi son auxiliaire de vie dans la maison parentale.


Rester indépendante, son leitmotiv, son crédo.


Coline est une battante qui n'entend pas se contenter de l'allocation adulte handicapé pour vivre: elle veut travailler, être utile et dépendre le moins possible d'autrui. C'est pourquoi elle s'est lancée un défi: passer le permis et s'acheter une voiture adaptée pour son fauteuil, une condition sine qua non pour aller en cours et trouver des stages. Le seul hic: le permis pour quelqu'un qui a son handicap coûte 5000 euros, la voiture entièrement équipée 95 000 euros. Et la maison départementale des personnes handicapées ne verse que 5000 euros de subventions, le reste est à sa charge. C'est pourquoi Coline a ouvert une cagnotte sur internet (www.leetchi.com/c/coco-cars)
 
Béarn: la volonté au delà de la maladie
Coline a 19 ans. Atteinte d'amyotrophie spinale, elle lance une souscription pour se payer une voiture adaptée et être indépendante - France 3 Pau Sud Aquitaine - Elise Daycard/ Elixabete Gonzalez/ Alain Girardi


 

Sur le même sujet

Disputandum #31 : Sécheresse va-t-il falloir s'y habituer ?

Les + Lus