Affaire Junca : le parquet de Pau requiert le renvoi de cinq personnes devant les assises

Le parquet de Pau a requis vendredi le renvoi devant la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques de cinq personnes dans l'affaire Alexandre Junca, un adolescent de 13 ans dont le corps démembré avait été retrouvé à Pau en 2011.

© France 3 Aquitaine
Le procureur de la République à Pau, Jean-Christophe Muller, a requis le renvoi de Mickaël Baehrel et Christophe Camy, pour "vol avec violences ayant entraîné la mort", un chef passible de la réclusion à perpétuité, a-t-il indiqué.

Les deux hommes, des marginaux de 28 et 26 ans, sont les principaux suspects du meurtre du collégien, dont la découverte macabre des restes avait secoué la ville et au-delà.

L'enquête a permis d'établir que Christophe Camy avait agressé Alexandre, le 4 juin 2011, pour lui voler son portable, tandis que Mickaël Baehrel lui avait asséné plusieurs coups de marteau.

Cinq mis en cause, dont trois pour "non dénonciation de crime"


Le procureur a également requis le renvoi devant les assises de Claude Ducos, un septuagénaire soupçonné d'avoir aidé un des suspects, pour "non dénonciation de crime, destruction de preuves, recel de cadavre et atteinte à l'intégrité d'un cadavre". Les faits sont passibles de trois ans de prison.

Pour deux autres personnes mises en cause, Fatima Ennejah, l'ex-compagne de Mickaël Baehrel, et Mike Bonnet, un marginal de 30 ans, le parquet a requis leur renvoi pour "non dénonciation de crime", également passible d'une peine de trois ans de prison.

Vers un procès début 2016


Pour rappel, Alexandre Junca avait disparu près de chez son père à Pau. Son corps, démembré, avait été retrouvé en plusieurs étapes en juin et octobre 2011 dans différents endroits de la ville.

Après la décision du juge d'instruction, le procès pourrait avoir lieu à Pau début 2016.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers affaire junca justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter