Pays Basque : des surfeurs manifestent contre l'interdiction de pratiquer une activité nautique pendant le confinement

Ce dimanche 1er novembre, surfeurs et amoureux de l'océan se sont réunis sur la plage de Biarritz pour manifester contre l'interdiction de pratiquer un sport de glisse pendant le confinement. 
Beaucoup de monde à l'eau ce matin, sur la plage de Biarritz, malgré l'interdiction.
Beaucoup de monde à l'eau ce matin, sur la plage de Biarritz, malgré l'interdiction. © S.Estrade/FTV
Il ne fallait pas aller bien loin pour apercevoir les silhouettes des surfeurs à l'eau aujourd'hui à Biarritz. Près d'une vingtaine de personnes attendaient la série de vagues, bien installées sur leur planche. 
 

"Si on peut faire du vélo, si on peut marcher au bord de la mer, je ne vois pas pourquoi on pourrait pas aller surfer."

Surfeur anonyme

Pas de plage dynamique

Ce pourrait être un jour comme les autres, et pourtant : le confinement a été mis en place depuis le 29 octobre, et la pratique du surf est interdite, comme en mars dernier. Mais pas question pour les surfeurs de laisser tomber leur passion. Quelques dizaines d'entre eux se sont réunis ce dimanche 1er novembre sur la plage de Biarritz pour demander l'autorisation de pratiquer des activités nautiques: 
 

"On s'est battus lors du premier confinement pour récupérer une plage dynamique, on a gagné en ce sens. Et aujourd'hui on revient au point de départ. Il y a une incohérence."

Isabelle Auzemery - surfeuse et professeure de surf

"On a le sentiment d'être punis"

Ces amoureux de l'océan dénoncent une injustice et une décision arbitraire. Pour eux, le risque d'attraper la Covid-19 est bien moins important à cette époque de l'année que pendant l'été :

"On est au mois de novembre, on est pas au mois d'août. Allez sur la plage, vous allez croiser 2, 3 personnes. On a vraiment le sentiment d'être punis."

Philippe - surfeur

Les pratiquants des activités nautiques sur la plage espèrent donc que le gouvernement changera d'avis. Mais profitent tout de même de ce premier week-end de confinement et du soleil radieux pour piquer une tête, avant que les contrôles ne se fassent plus répressifs la semaine prochaine.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
surf sport sports nautiques coronavirus/covid-19 santé société