Soupçon d'agression sexuelle à l'hôtel du Palais de Biarritz : il s'agissait d'une mise en scène, le chef étoilé hors de cause

Le parquet de Bayonne a classé sans suite la procédure ouverte après les révélations de soupçons d'agression sexuelle au sein du prestigieux hôtel du Palais de Biarritz. L'enquête a conclu à l'absence de contrainte et de violence dans ce qui s'est avéré être une mise en scène entre salariés.

Il a été limogé, mais est pourtant mis en hors de cause par la justice. Depuis la révélation de l'affaire dans les colonnes de Sud ouest, le chef étoilé Aurélien Largeau démentait avoir participé ou assisté à un bizutage humiliant d'un jeune commis. Recruté par le restaurant gastronomique de l'hôtel en 2020, il avait été licencié en décembre 2023, après que son employeur a pris connaissance des faits. 

Des images diffusées

Des images avaient circulé sur les réseaux, avant d'être retirées : un jeune commis, ligoté nu sur une chaise. "Une blague entre amis", selon le commis, qui avait témoigné auprès de nos confrères de France Bleu Pays basque. Je condamne toute forme de maltraitance, bizutage ou humiliation au sein des brigades et plus largement, et jamais, je ne m’associerai à de tels comportements", avait de son côté déclaré Aurélien Largeau. 

Lire aussi : Une enquête ouverte pour agression sexuelle et violences à l'Hôtel du Palais, le chef étoilé Aurélien Largeau dément, son commis parle de "petite blague entre amis"

Classement sans suite

Le parquet de Bayonne s'était auto-saisi de l'affaire en ouvrant une enquête préliminaire "afin de vérifier la réalité de ces informations et l'exercice d'une forme de contrainte pouvant avoir été exercée à l'encontre du salarié". Plusieurs témoins ont été auditionnés.

Il résulte qu'aucun acte de contrainte n'a été exercé de la part de quiconque parmi le personnel présent.

Jérôme Bourrier

Procureur de Bayonne

Dans un communiqué ce 9 janvier le procureur de la République de Bayonne déplore notamment que la présomption d'innocence n'ait pas été respectée, notamment à l'encontre d'Aurélien Largeau "dont la responsabilité a été très largement pointée. "

Dans ce cadre, Jérôme Bourrier explique avoir procédé au classement sans suite de la procédure, en l'absence de toute infraction pénale.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité