• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Comment la station de ski de Gourette gère ses blessés

Une cinquantaine de blessés sont pris en charge les jours de grande affluence, pendant les vacances scolaires, dans la station de Gourette / © E.Gonzales/F3Aquitaine
Une cinquantaine de blessés sont pris en charge les jours de grande affluence, pendant les vacances scolaires, dans la station de Gourette / © E.Gonzales/F3Aquitaine

Soleil, grand ciel bleu, neige fraîche ... la station béarnaise de Gourette offre cette semaine des conditions de ski idéales. Elle fait le plein pour ces vacances d'hiver, avec 5000 skieurs chaque jour sur le domaine. Et plusieurs dizaines de blessés... pris en charge sur place.  

Par CA

Le premier maillon de la chaîne, c'est Marie-Laure Claverie, la coordinatrice du poste de secours de Gourette. Elle est basée au pied des pistes, à côté du cabinet médical. C'est elle qui reçoit les appels et gère les évacuations.

"Ce matin on en est déjà à la sixième ou septième évacuation" nous dit-elle, juste après avoir envoyé un pisteur auprès d'un vacancier blessé.

Pablo Willmann-Rosso, l'un des quinze pisteurs-secouristes de la station, est ainsi le "pompier" du domaine. "Nous, on récupère, on identifie les blessures, on conditionne les personnes et on les rapatrie au cabinet médical" explique t-il.

Il vient de rapatrier un adolescent dans sa "barquette". "Je suis tombé, j'ai fait une faute de carre et je suis tombé" nous dit tranquillement le jeune skieur, le casque encore sur la tête.

Les jours de grand soleil comme aujourd'hui, en pleine période de vacances d'hiver, les accidents sont fréquents. Près de 5000 skieurs profitent quotidiennement du domaine. Plusieurs dizaines d'entre eux sont victimes de chutes, de collision, de diverses blessures.

Ce jour-là, le cabinet médical verra passer une cinquantaine de patients dont Sandrine, une vacancière bretonne blessée à la jambe. "C'est une chose qu'on a regardé avant de venir s'il y avait un médecin. On sait qu'il n'y a pas de pharmacie mais au minimum un médecin".

Le médecin, c'est Laurent Lecèvre, un généraliste spécialiste de la montagne. Il vient de conclure à une grosse entorse pour Sandrine.

"On traite ici plus de 90% des patients. On fait les radios, on fait les plâtres, on fait les sutures... Finalement on envoie à l'hôpital surtout les fractures. Les fractures de jambes, ça ne peut pas se traiter ici. Mais c'est assez rares" explique t-il.

A quelques mètres de là, un cabinet d'ostéopathe propose des consultations. Il ouvert il y a trois ans et reçoit les patients en période de vacances scolaires seulement. Ronan Auger traite principalement, sans grande surprise, des "troubles musculo-squelettiques divers et variésdes maux de dos et des douleurs articulaires".

"Notre cabinet permet de soulager le médecin des consultations qui ne sont pas des urgences médicales" nous dit-il.

Avec 110 cm en bas des pistes, 240 cm tout en haut et un soleil qui devrait briller toute la semaine, médecins, secouristes et ostéopathes devraient encore avoir des journées bien chargées ...

Dans le reportage qui suit, le travail des secouristes et leur témoignage :
 
Comment la station de ski de Gourette gère ses blessés
Soleil, grand ciel bleu, neige fraîche ... la station béarnaise de Gourette offre cette semaine des conditions de ski idéales. Elle fait le plein pour ces vacances d'hiver, avec 5000 skieurs chaque jour sur le domaine. Et plusieurs dizaines de blessés... pris en charge sur place.   - O.Lopez/E.Gonzales







 

Sur le même sujet

La Rochelle : Olivier Falorni candidat aux municipales de 2020

Les + Lus