Frontière franco-espagnole : un migrant se noie en traversant la Bidassoa, près de 300 manifestants à Irun

Un migrant est mort dimanche 8 août en tentant de traverser le fleuve Bidassoa dans le nord de l'Espagne, pour passer en France, selon des sources officielles espagnoles. Il s'agit du second décès d'un migrant en trois mois. Lundi soir, des centaines de personnes ont manifesté pour dénoncer sa mort.
Une centaine de personnes se sont retrouvées place San Juan à Irun, pour dénoncer la noyade d'un migrant.
Une centaine de personnes se sont retrouvées place San Juan à Irun, pour dénoncer la noyade d'un migrant. © E. Clerc / France 3 Aquitaine

"Un homme est mort en tentant de traverser le fleuve Bidassoa à la nage vers la France", ont annoncé les services d'urgence du Pays basque espagnol dimanche sur Twitter. 

"Un autre homme, qui a tenté la traversé avec lui, a réussi à atteindre la rive française", ont-ils ajouté. "La police basque (Ertzaintza) a ouvert une enquête pour connaître l'identité de cette personne, qui n'est pas encore connue".

Carte : le fleuve Bidassoa marque la frontière entre Hendaye, en France, et Irun, en Espagne 

"Une tragédie et un échec collectif"

Le délégué du gouvernement central (préfet) au Pays basque, Denis Itxaso González, a déploré sur Twitter "une tragédie et un échec collectif". 

Ce lundi soir, près de 300 personnes se sont rassemblées à Irun, à l'appel de l'association citoyenne Irungo Harrera Sarea. Ils ont été rejoint par une seconde association, Etorkinekin.

► Retrouvez le reportage de E. Clerc et C. Bonté-Baratciart

durée de la vidéo: 01 min 17
Irun : après la mort d'un migrant, plusieurs centaines de personnes manifestent

Fin mai, un jeune homme originaire de Côte d'Ivoire, Yaya Karamogo, avait été retrouvé mort après avoir tenté de traverser ce fleuve pour rejoindre Hendaye, côté français, a rappelé le maire d'Irun, José Antonio Santano, dans un communiqué. 

L'Espagne est l'une des principales portes d'entrée en Europe pour les migrants, avec 16.586 entrées irrégulières sur les sept premiers mois de l'année, près de 50% de plus qu'à la même période de l'an dernier, selon les derniers chiffres du ministère espagnol de l'Intérieur.

L'association d'aide aux migrants côté Espagne, Irungo Harrera Sarea, a lancé un appel à la mobilisation ce lundi soir sur la place San Juan, que partage le mouvement Etorkinekin Bab côté français. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque migrants société immigration faits divers espagne international politique