Ours des Pyrénées : bilan plutôt positif pour les plantigrades du Béarn

durée de la vidéo : 00h01mn26s
Il y a quatre ans, deux ourses slovènes étaient lâchées dans les montagnes béarnaises. Depuis, le bilan est plutôt positif même si les éleveurs refusent toujours les réintroductions. ©France télévisions

Il y a quatre ans, deux ourses slovènes étaient lâchées dans les montagnes béarnaises. Depuis, le bilan est plutôt positif pour les spécialistes, même si la plupart des éleveurs refusent toujours ces réintroductions.

Les dernières réintroductions datent d'octobre 2018. Deux ourses slovènes étaient lâchées en Béarn, via une cage suspendue à un hélicoptère. Il s'agissait de Claverina à Etsaut en vallée d'Aspe, puis Sorita à Laruns.

Quatre ans plus tard, le bilan est plutôt positif pour les associations de protection de la nature. Gérard Caussimont, Président du Fond d'intervention éco-pastoral (FIEP), explique ce bilan partiellement positif. "Il n'y a pas eu de problèmes avec les êtres humains, ni les chasseurs, ni les randonneurs. En ce qui concerne Sorita, à notre connaissance, elle n'a pas fait de dommage. Clarita très peu (...) sur des élevages non gardés, en Aragon et Navarre".

Espèce menacée

A ce jour, 70 ours sont recensés dans les Pyrénées françaises et espagnoles, dont une vingtaine de reproducteurs. Un bilan partiellement positif car, le spécialiste le confirme, l'espèce est toujours menacée dans les Pyrénées, même si Sorita a donné naissance à 3 oursons...

Le refus des éleveurs

En vallée de Barétous, Laetitia Bergez n'a pas été confrontée à des attaques d'ours. Eleveuse et bergère transhumante, elle refuse la cohabitation forcée avec les prédateurs, source de danger pour ses 250 brebis. "La surveillance ? Il faudrait y être 24h/24". "Qu'on ait des chiens ou des clôtures ou quoi que ce soit, c'est pareil : rien ne les arrête !"

Des outils pour suivre les ours

Dernièrement, on se souvient de ces quelques images en noirs et blanc, dégradées mais magiques, montrant un énorme ours mâle se grattant le dos contre un arbre façon "Baloo" dans le livre de la jungle. Ces images ont été prises par des caméras automatiques placées dans des lieux stratégiques ou le plantigrades a pu être observé. Ainsi, régulièrement, c'est l'occasion de constater la présence des plantigrades réintroduits, de leur état de santé comme de leur comportement reproductif.

Aussi, depuis le 1er janvier 2002, des relevés de dommage sont enregistrés et sont consultables en ligne. Des fiches événements qui sont mises à jour régulièrement. Il s'agit "de renseignements factuels sur les indices de présence de l’ours (empreintes, poils, crottes…), les déclarations de constat de dommage et leur conclusion sur la responsabilité de l’ours", indique le site.

A ce jour, 1052 événements ont été répertoriés sur le site InfosOurs.com

En savoir plus sur l'ours des Pyrénées sur le site de L'Office Français de la Biodiversité (OFB).