Coups de couteau mortels à Oloron-Sainte-Marie : cinq hommes devant la justice à Pau

Publié le
Écrit par Sandrine Papin

Cinq accusés comparaissent devant la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques pour la mort de deux hommes en 2019 à Oloron-Sainte-Marie. Un drame dans un contexte de bagarre entre marginaux sur un parking de supermarché.

Une bagarre entre sans-abris qui tourne mal. L’affaire remonte au 20 décembre 2019. Ce soir-là, plusieurs marginaux fortement alcoolisés s’affrontent à coups de couteau sur le parking du carrefour Market, près du jardin public à Oloron-Sainte-Marie. La rixe fait deux victimes, deux morts. Deux pères de famille de 28 et 44 ans. Pendant deux semaines, cinq hommes seront entendus, mais un seul est accusé de meurtre.

"Il n'a pas porté de coups mortels", assurent ses avocats



Il s’agit de Grégory Cabos. Il est accusé de meurtre sur Christopher Defarge et de violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur Cédric Franceus.

Ses avocats doutent de son rôle central dans cette affaire : "nous allons démontrer point par point que les éléments matériels et factuels prouvent qu’il n’a pas porté de coup mortels et on verra aussi qu’il y a de nombreuses contradictions au niveau des témoins"

Selon des témoins, Grégory Cabos était très énervé le soir du drame. Il avait été expulsé de la ZAD du Gabarnil vivait avec sa petite amie avec laquelle il s’était disputé.

Maître Sylvie Haguenier représente les parties civiles. "Les familles souhaitent que ce procès leur apporte des réponses, que la justice passe,  que la personne ou les personnes qui seraient l’auteur ou les auteurs des coups de couteaux qui ont entraîné la mort soient condamnées à une juste peine".

Scène de crime nettoyée



Les quatre autres prévenus sont poursuivis pour des violences, mais aussi pour avoir nettoyé la scène de crime. Grégory Cabos qui est en détention provisoire depuis son interpellation au moment des faits, est le seul à comparaître en qualité de détenu.

Ce lundi à l’ouverture du procès, l’un des prévenus est arrivé avec plus de trois heures de retard. Le verdict est attendu vendredi 9 décembre.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité