Cet article date de plus de 5 ans

Procès Junca : la première journée d'audience devant la cour d'assises de Pau

Le procès Alexandre Junca débute ce mardi matin devant la cour d'Assises de Pau. Trois hommes et une femme sont jugés pour le meutre de l'adolescent, cinq ans après les faits. 
Mickaël Baehrel et Christophe Camy dans le box des accusés pour la première journée du Procès Alexandre Junca à Pau
Mickaël Baehrel et Christophe Camy dans le box des accusés pour la première journée du Procès Alexandre Junca à Pau © Elise Daycard
En juin 2011 à Pau, la disparition du jeune Alexandre Junca, âgé de 13 ans avait suscité l'effroi.
Trois semaines plus tard un fémur est retrouvé dans le gave de Pau. Il s'agit d'un membre de l'adolescent. 

Après une longue enquête, les deux principaux suspects ont été mis en examen pour vol avec violences ayant entraîné la mort. Ils encourent la prison à perpétuité.
Les deux principaux accusés, Mickaël Baehrel et Christophe Camy comparaissent pour vol avec violences ayant entraîné la mort et encourent la perpétuité.  Fatima Ennajah l'ex compagne de Baehrel et Claude Ducos, un retraité, sont accusés de recel de cadavres et risquent respectivement 5 et  3  ans de prison.

►Le reportage d'Elise Daycard et de Clément Alet

durée de la vidéo: 01 min 43
Ouveture du procès Junca à Pau
Interviennent dans ce reportage:

►Les explications d'Elise Daycard

durée de la vidéo: 01 min 27
Présentation de la première journée d'audience du procès Junca
© Elise Daycard
© Elise Daycard




L'audience débute à 9h15 ce mardi 7 juin. Le verdict est attendu le 16 juin. 





Les deux principaux accusés sont arrivés à la Cour d'assises cachés sous des vêtements. A leurs côtés, un retraité de 76 ans, Claude Ducos: soupçonné d'avoir aidé à faire disparaître le corps, il est jugé pour "recel de cadavre, atteinte à l'intégrité d'un cadavre, destruction de preuve et non-dénonciation de crime". Il encourt trois ans de prison, comme Fatima Ennajah, 50 ans, ex-compagne de Baerhel qui répond de "recel de cadavre" et "non-dénonciation de crime".

La famille d'Alexandre, en rangs serrés, a ensuite pris place dans la salle d'audience petite mais comble -une centaine de personnes-  la mère Valérie Lance, les yeux rougis.
Puis le père Philippe Junca, serrant fort la main de la soeur d'Alexandre, Virginie. "C'est dur, c'est dur...", a commenté son avocate Me Emmanuelle Leverbe, la plupart des autres avocats ne souhaitant pas faire de déclaration à la presse.

Dans une atmosphère à la fois lourde et grave, les accusés ont décliné leur identité, Fatima Ennajah se faisant rappeler à l'ordre pour regarder les juges en face. Dans le box des accusés, Christophe Camy fixe le vide, le regard perdu, tandis que Mickael Baehrel baisse la tête.

Après avoir entendu le rapport d'enquête de personnalité, la Cour devait débuter l'interrogatoire des accusés dans l'après-midi.
Fatima Ennajah et Claude Ducos dans le box des accusés
Fatima Ennajah et Claude Ducos dans le box des accusés © FTV
© FTV




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire junca justice société béarn faits divers