Registre des passagers : adoption de la directive défendue par Jean-Paul Denanot

Publié le Mis à jour le
Écrit par H.A (& AFP)

Il n'était pas le seul mais au lendemain des attentats de Bruxelles, le député européen socialiste Jean-paul Denanot avait appelé de ses vœux à l'adoption rapide par l'Europe du "Passenger Name Record". Le parlement européen l'a adopté ce 14 avril 2016.

La directive était sur la table depuis 2011, elle est désormais adoptée. Réunis en séance plénière à Strasbourg, les eurodéputés ont voté à une large majorité (461 voix pour, 179 contre, 9 abstentions) eurodéputés ont adopté le PNR, nouvel outil européen de lutte contre le terrorisme.



Au lendemain des attentats de Bruxelles du 22 mars 2016, plusieurs voix s'étaient élevées pour une adoption rapide par l'Europe de ce Passenger Name Record, dont celles de François Hollande et de Manuel Valls ainsi que celle du limousin et député européen Jean-Paul Denanot.



durée de la vidéo: 01 min 29
Pour le député européen socialiste Jean-Paul Denanot, l'Europe doit être amenée à adopter le fichier des passagers aériens. Déclaration au lendemain des attentats de Bruxelles du 22 mars 2016. ©France 3 Limousin


 

Le PNR, à quoi ça sert ?

 

Proposée dès 2011 par la Commission européenne, la directive PNR ("Passenger Name Record") a donné lieu à des discussions laborieuses entre le Parlement et les Etats membres, les eurodéputés exigeant des garanties sur la protection des données recueillies.

 

Le texte oblige les transporteurs aériens à communiquer des données sur leurs passagers (comme leurs dates de voyages, itinéraires ou coordonnées) aux Etats européens concernés par un vol depuis ou vers un pays tiers.

 

L'objectif est notamment de permettre aux Etats membres de détecter des individus qui n'ont pas été soupçonnés de terrorisme par le passé, mais dont l'analyse des données révèle un profil suspect.

 

Il appartiendra ensuite aux Etats d'alerter d'autres pays, si nécessaire. Les Etats membres pourront aussi demander des données PNR à d'autres, de leur propre initiative, dans le cadre d'une enquête.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité