Vaccination. Les centres de Poitou-Charentes se préparent à passer le relais à la médecine de ville

Publié le
Écrit par Morgane Jacob .

En Poitou-Charentes, comme partout en France, l'activité marque le pas dans les centres de vaccination. Dans les quatre départements, certains d'entre eux ferment leurs portes, et bien d'autres devraient les suivre.

Signe que la circulation du Covid-19 ralentit en France, les règles sanitaires s'assouplissent dès ce lundi 28 février. Le masque peut tomber dans les lieux clos soumis au pass vaccinal comme les restaurants, cinémas, musées par exemple (mais il reste obligatoire dans les transports collectifs, trains et avions inclus). De plus, les personnes vaccinées cas contact devront seulement attendre deux jours pour effectuer un dépistage, et elles n'auront plus besoin que d'un test au lieu de trois actuellement. Enfin, dans les écoles, le protocole sanitaire s'allège également, les enfants de Poitou Charentes vont pouvoir souffler un peu car le masque n'est plus obligatoire en cour de récréation.

Dans ce contexte, les vaccinodromes ferment progressivement leurs portes dans la région. 

Charente-Maritime : la bonne élève 

En Charente-Maritime, 85,9% des personnes de plus de 18 ans sont primo-vaccinées, ce qui lui confère l'une des meilleures couvertures vaccinales de France, et la meilleure de Nouvelle-Aquitaine. 

Fort de ces résultats, le département a déjà fermé le centre de vaccination de Mireuil, et le rideau tombera le 2 mars pour celui du Parc des Expositions de La Rochelle. Le maire Jean-François Fountaine affirme que ces centres ont mobilisé plus de 550 personnes comme des médecins, des infirmiers, des agents administratifs ou encore des pompiers, et il se félicite de leur réussite. En revanche, "la vaccination ne s'arrête pas", rappelle l'édile, "mais on n'aura plus besoin d'une vaccination massive comme nous l'avons organisée."

De son côté, le directeur de l'agence régionale de santé en Charente-Maritime est optimiste, mais prudent : "la circulation virale est intense et on a encore beaucoup à faire en milieu hospitalier mais on va vers le positif."

Ce vendredi, le taux d'incidence était encore de 1000 cas pour 100000 habitants, et plus de 200 personnes étaient encore hospitalisées en raison du Covid-19, dont 10 en réanimation.

Charente : un tiers des centres ferment leurs portes

Dans ce département, 14 centres de vaccination étaient ouverts cette semaine, et cinq d'entre eux seront fermés le 28 février, notamment à Cognac, à Aigres ou à Jarnac. La fermeture des autres sites doit se poursuivre jusqu'à début avril. Pour Martine Liège, la directrice de l'ARS en Charente, cela se justifie surtout par la baisse de leur fréquentation : "de moins en moins de personnes viennent soit demander leur dose de rappel, soit commencer un schéma vaccinal", explique-t-elle," on arrive sur la fin de la campagne de vaccination, les non volontaires ne seront plus là et les autres sont vaccinés"

En Charente, plus de 221.000 ont reçu un schéma vaccinal complet, incluant une dose de rappel.

Une tendance similaire dans la Vienne et les Deux-Sèvres

Deux centres de vaccination ont déjà fermé dans la Vienne, à Poitiers le 14 février et à Châtellerault le 16 ; et dans les Deux-Sèvres, ceux de Mauléon et Bressuire doivent cesser leur activité ce lundi.

La ville est en mesure de prendre le relais

Véronique Séguy, responsable de la communication de l'ARS Nouvelle-Aquitaine

D'après l'agence régionale de Santé en Nouvelle-Aquitaine, les départements sont encore en train d'affiner leur dispositif pour ralentir progressivement leurs campagnes de vaccination massive. Il sera cependant toujours possible de bénéficier des injections contre le Covid-19 : "la ville est en mesure de prendre le relais. En Nouvelle-Aquitaine, 50% des vaccinations sont déjà effectuées par les professionnels de santé de proximité, les médecins, pharmaciens, infirmiers...", détaille Véronique Séguy de l'ARS Nouvelle-Aquitaine.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité