Vaccins anti-covid : l'ARS Nouvelle-Aquitaine organise la vaccination au collège et au lycée en cette rentrée 2021

Publié le Mis à jour le
Écrit par Cendrine Albo

L'Agence Régionale de Santé compte accélérer la campagne de vaccination à destination des mineurs alors qu'ils retrouvent le chemin du collège et du lycée. L'objectif est de ralentir la circulation du virus et d'éviter les fermetures de classe.

En cette veille de rentrée scolaire un peu plus de 60% des 12 - 17 ont reçu une première dose de vaccin en Nouvelle-Aquitaine et 35% sont complètement vaccinés.

Des chiffres que l'Agence Régionale de Santé, en collaboration avec les collectivités locales et l'Education Nationale, espère faire rapidement augmenter.

"La vaccination des adolescents demeure une priorité pour casser les chaînes de transmission du virus"

L'ARS rappelle la forte contagiosité des nouveaux variants. Ces jeunes "constituent la tranche d’âge où les interactions sociales sont les plus nombreuses et leur taux de couverture vaccinale aura un impact majeur sur le nombre d’hospitalisations à l’automne".

D'autant que les chiffres de la contamination sont certes en baisse dans la région mais restent élevés.

Vacciner au sein des établissements scolaires ou au plus près

L'idée est d'amener le vaccin au plus près des jeunes voire même directement dans leurs collèges et leurs lycées, publics comme privés, d'enseignement général, technologique ou agricole. Et ce malgré les réticences de certains parents et enseignants comme le montre une manifestation organisée à Pau dimanche dernier à Pau. 

1 190 établissements et 258 031 adolescents de 12 ans et plus sont concernés en Nouvelle-Aquitaine. "Chaque établissement a été mis en relation avec les centres de vaccination autorisés, l'objectif étant de proposer à chacun, dès la rentrée, un accès facilité à la vaccination, que ce soit en centre de vaccination ou au sein de l’établissement par l’intervention d’une équipe mobile".

Seule formalité incontournable : le consentement d’un des deux parents ou du représentant légal des mineurs de moins de 16 ans. Pour les 16 ans et plus, il ne sera pas nécessaire.

Cette campagne, qui utilisera exclusivement le vaccin Pfizer/BioN’tech, est d'ores et déjà programmée sur plusieurs semaines et devrait se poursuivre jusqu'en octobre. Enseignants et personnel administratif pourront en bénéficier s'ils le souhaitent. Dans 60 % des cas, les injections seront effectuées en dehors de l'établissement.

Les créneaux de vaccination seront proposés "en tenant compte du rythme scolaire" précise l'ARS "et des équipes mobiles interviendront en périodes ciblées dans les établissements les plus éloignés géographiquement".

L'enjeu, martèle l'ARS, est autant individuel que collectif.

"La vaccination représente un bénéfice individuel évident sur le plan psychologique et social, en évitant les fermetures de classes et d’établissements et comporte des effets favorables pour la santé mentale, tout en évitant les ruptures d’apprentissage des adolescents". 

 

Sachez aussi qu'à Bordeaux, le vaccinodrome de Bordeaux-Lac accueille désormais collégiens, lycéens et étudiants sans rendez-vous.