Cet article date de plus de 4 ans

Centrale nucléaire de Civaux : l'arrêt du réacteur n°1 prolongé d'un mois

L'arrêt du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Civaux est prolongé jusqu'au 31 décembre. Des opérations de contrôle doivent être menées sur les générateurs de vapeurs. Comme le réacteur N°1 doit, lui aussi, être stoppé le 23 décembre, la centrale sera totalement à l'arrêt à la fin de l'année.
Actuellement, un seul réacteur de la centrale nucléaire de Civaux dans la Vienne est en activité.
Actuellement, un seul réacteur de la centrale nucléaire de Civaux dans la Vienne est en activité. © T.Chapuzot
Il s'agit de contrôler "que l'excès de carbone découvert dans l'acier  pour qu'il n'altère pas la capacité de résistance mécanique des générateurs de vapeur", a indiqué Pierre-Franck Chevet, le patron de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). L'analyse des contrôles par l'ASN devrait intervenir vers la mi-décembre. Comme d'autres en France, l'arrêt du réacteur N°2 de Civaux est donc prolongé d'un mois jusqu'au 31 décembre. 
Les douze réacteurs d'EDF à l'arrêt ou en voie de l'être pourraient "dans le meilleur des cas" être opérationnels "dans un mois et atteindre leur pleine puissance en janvier" 2017, a assuré mardi l'Autorité de sûreté nucléaire. 
"En fin de semaine dernière, EDF nous a remis un dossier complet pour chacune des pièces concernées. Il nous faut ensuite un mois environ pour contrôler les tests effectués et donner, ou non, notre feu vert au redémarrage des centrales.Dans le meilleur des cas, les réacteurs d'EDF pourraient être opérationnels dans. un mois et atteindre leur pleine puissance en janvier 2017", a indiqué le patron de l'ASN.


Les deux réacteurs à l'arrêt en même temps


Selon l'ASN, les concentrations de carbone dans l'acier des générateurs de vapeur sont plus élevées que le niveau attendu. "Un tel excès de carbone pourrait diminuer la résistance mécanique de l'acier", a mis en garde l'ASN. A Civaux, le taux de carbone relevé est légèrement supérieur aux taux autorisé par l'ASN.
Le second réacteur de la centrale doit lui aussi être vérifié. Son arrêt est programmé à partir du 23 décembre 2016. En conséquence, la centrale sera complètement à l'arrêt pendant plus d'une semaine à la fin de l'année.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement société énergie erdf économie entreprises