Dans la Vienne, le château de Purnon reçoit 300.000€ du loto du patrimoine

durée de la vidéo : 00h02mn10s
Près de Verrue dans la Vienne, le château de Purnon, construit au XVIIIème siècle, reçoit 300 000€ du loto du patrimoine pour ses rénovations ©France télévisions

Près du petit village de Verrue, dans la Vienne, le château de Purnon, construit au XVIIIème siècle, a reçu une aide de 300.000€ du loto du patrimoine. Une bouffée d'air pour les propriétaires, face aux nombreuses dépenses de rénovation.

De lourds nuages gris plombent le ciel de décembre. Quelques fines gouttes tombent pour rappeler que nous sommes en plein coeur de l'hiver. Nullement perturbés par les éléments, 6 hommes se sont hissés sur le toit du château de Purnon

L'exercice est périlleux étant donné l'état de la toiture. Mais ces couvreurs de profession vivent un rêve éveillé. La toiture du château de Purnon, près de la forêt de Scévolles est un monument du XVIIIème siècle construit sur une charpente arrondie selon une technique créée par Philibert Delorme à la Renaissance. Un défi technique tout autant qu'une résurrection du patrimoine.

"C'est le rêve d'une vie de couvreur. Je suis à 5 ans de la retraite, j'ai fait beaucoup de monuments dans la Vienne mais là, c'est l'apothéose" confie Franck Poupard, le chef de l'équipe des couvreurs. 

300 000€ du loto du patrimoine pour aider à la rénovation

Une apothéose pour les artisans mais un sacerdoce pour ses propriétaires, Tim et Felicity Selkirk. Ces Australiens ont acquis la bâtisse et les 24 hectares de parcs il y a deux ans et demi. 105 pièces, des centaines de mètres carrés, des dépendances, tout à rénover. Difficile de chiffrer le montant total de l'ensemble des travaux nécessaires pour remettre le château en l'état. L'oeuvre d'une vie, peut-être plus. 

C'est une bonne nouvelle pour nous. La restauration du grenier de la partie ouest du château aurait été impossible sans l'aide de la mission Bern.

Felicity Selkirk, propriétaire du château

En attendant, les propriétaires ont pu bénéficier d'une petite aide - à l'échelle des frais titanesques - 300 000€ du loto du patrimoine, mené par Stéphane Bern. "C'est une bonne nouvelle pour le château et pour nous. Nous allons pouvoir faire le travail d'urgence, c'est-à-dire la restauration des toitures et façades des parties ouest" explique Felicity Selkirk

Premières rénovations depuis sa construction au XVIIIème siècle

Au 2ème étage, l'ampleur de la tâche est prégnant. "Tout le bois est en mauvais état, il y a des fuites d'eau partout. Il manque des vitres aux fenêtres, leur bois est pourri, il y a de l'humidité aux murs, les volets sont en très mauvais état" égrène la propriétaire des lieux souriante face à cette adversité choisie.

Car depuis sa construction entre 1772 et 1791 pour Antoine-Charles Achard, marquis de la Haye, aucune rénovation n'a été entreprise. Ce qui explique que sceaux et bassines recouvrent le sol du deuxième étage. Il pleut dans le château entraînant la destruction progressive des planchers des second et premier étages. L'urgence est donc à la rénovation de la toiture. 

Refaire le toit, un travail de fourmi

44 000 ardoises, 1 an de travaux de découverture et un an et demi voire deux ans pour la recouverture. Le chantier est gigantesque/colossal pour les cinq couvreurs de Franck Poupard. 

Nous travaillons toujours avec les mêmes outils qu'au XVIIIème siècle. La charpente arrondie nous oblige à tailler les ardoises d'une manière spécifique.

Franck Poupard, chef de l'équipe des couvreurs

Les mêmes étoiles brillent dans les yeux de Romain Bispels, le charpentier qui travaille quelques dizaines de centimètres sous les couvreurs. "Plusieurs pièces de charpente sont complètement pourries à cause des infiltrations. Il faut changer les pièces qui en ont besoin et faire des reprises." Une remise à neuf en conservant l'existant donc qui nécessite un diagnostic précis des pièces de bois. Un travail d'expérience pour ces compagnons du devoir. 

Les charpentiers devraient avoir terminé la rénovation du grenier de l'aile ouest d'ici deux mois. Une première pierre sur le long chemin de la réhabilitation du château de Purnon.