Chauvigny et Dissay, à chacun son tiers-lieu !

C'est une tendance qui dure... Les tiers-lieux, ces espaces de rencontres et d'échange, aux multiples usages, fleurissent un peu partout. La campagne n'échappe pas à cette évolution, bien au contraire.
A Dissay, le tiers-lieu est installé dans un ancien hangar où séchait les feuilles de tabac
A Dissay, le tiers-lieu est installé dans un ancien hangar où séchait les feuilles de tabac © France Télévisions

Au coeur de la cité médiévale de Chauvigny, la porte d'une vieille maison va de nouveau s'ouvrir. Le Clou devient un lieu d'échange et de rencontres...

C'est ce lieu où vous allez vous arrêter entre le boulot et la maison pour boire un café avec des copains, on va se faire une partie de jeux, acheter un bouquin, on va croiser d'autres gens et on peut, si l'on souhaite, venir travailler si on a besoin d'un bureau.

Café-librairie, bar ludique, espaces de co-working, lieu de concerts, le Clou va aussi tenter de marier culture et agriculture. Et donc accueillir des producteurs locaux et abriter des associations paysannes.

Ca nous a paru important de nous connecter avec d'autres initiatives qu'il y a sur le territoire et ça permet d'échanger, de montrer ce que l'on fait.

Aliénor Quiblier, animatrice-coordinatrice CIVAM de la Vienne

Derrière le Clou, il y a une cinquantaine de membres bénévoles qui ont cru au projet. Parmi eux, nombre de nouveaux habitants de Chauvigny.

On vient beaucoup d'univers différents, c'est ça qui est super, c'est pas un microcosme, on est pas entre nous, c'est la richesse du projet !

Sandrine Guyon, habitante de Chauvigny et membre de l'association Le Clou

Cet été, expositions, dégustations de vins et concert sont prévus. Avant une ouverture permamente dès l'année prochaine...

Pendant ce temps, à Dissay...

Dans le jardin du Barlu, ce festival, c'est d'abord un week-end de fête pour les membres de l'association. Ces habitants de Dissay ont oeuvré pour réaliser d'importants travaux et aménager les lieux. Moïse a fabriqué la charpente, avec l'aide du voisin charpentier, mais il y a aussi Alain, Philippe, Claudine, chacun a apporté ses compétences, et sa bonne humeur.

Tout de suite, je me suis mordu au jeu, la convivialité !

Moïse Bernard, agriculteur et habitant de Dissay

Derrière ce projet de lieu alternatif, il y a Emmanuel Depoix. Débarqué en famille, presque par hasard, il y a quatre ans, l'artiste parisien a eu l'idée d'ouvrir le Barlu pour surprendre.

Si moi je mettais une affiche de mon spectacle dans Dissay par exemple, personne ne  viendrait et je veux que grâce au Barlu parce qu'on est bien, qu'on passe un bon moment, parce qu'on peut boire un coup, partager un repas, on découvre ! On découvre un artiste, une émotion...

Emmanuel Depoix, artiste et fondateur du Barlu de Fortpuy


Espace de co-working, résidence d'artiste, concert, cinéma. L'endroit se veut polyvalent... Ce dimanche midi-là, loin des grandes affluences, le public se retrouve aussi à table. Quand culture rime avec nourriture, la recette semble prendre...

Ici, c'est un hangar à tabac transformé. C'est un mélange de guinguette et de cabaret, je trouve qu'on a pas ça chez nous. Ca permet aussi de ressouder les gens et ça, c'est pas inintéressant, c'est très bien même.

Quelques clients

Fin août, des soirées cinéma sont au programme. Au Barlu de Fortpuy, à Dissay, bien d'autres rencontres sont au menu de l'été.

VIDEO - Ouverture d'un lieu culturel à Chauvigny

Tiers-lieu Chauvigny

VIDEO - Le Barlu de Fortpuy invite la culture à Dissay

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ruralité société culture agriculture économie