Coronavirus : au cœur du laboratoire de microbiologie moléculaire du CHU de Poitiers

Le CHU de Poitiers fait partie des 38 centres français habilités dans la lutte contre le Covid-19. Au sein de l'établissement, le laboratoire de microbiologie moléculaire analyse les prélèvements des patients suspects en Poitou-Charentes. L'une de nos équipes a pu y entrer pour la première fois.

ILLUSTRATION / Les tests pour confirmer ou infirmer les résultats de la chloroquine sur le coronavirus vont se dérouler dans des CHU de toute la France
ILLUSTRATION / Les tests pour confirmer ou infirmer les résultats de la chloroquine sur le coronavirus vont se dérouler dans des CHU de toute la France © Marie-Noëlle Missud - France 3 Poitou-Charentes
Au CHU de Poitiers, le laboratoire de microbiologie moléculaire analyse tous les prélèvements des patients suspectés de Covid-19 du Poitou-Charentes. Chaque prélèvement est protégé par trois emballages, des précautions nécessaires pour un virus contagieux. Les techniciens travaillent sous un aérateur pour empêcher toute dispersion.

On prend les précautions nécéssaires en terme d'habillage, on insiste sur le ménage du laboratoire, on prend le temps pour manipuler. Il faut faire les choses sereinement. 
Amandine Leleux, technicienne de laboratoire

Au CHU de Poitiers, 550 échantillons ont été analysés en 15 jours.
Au CHU de Poitiers, 550 échantillons ont été analysés en 15 jours. © Marie-Noëlle Missud - France 3 Poitou-Charentes

Comme cette étape est un processus délicat et à risque de faire un aérosol contenant potentiellement du virus, on la réalise sous un poste de sécurité microbiologique, par un personnel avec une surblouse, des gants et un masque de protection.
Nicolas Lévêque, professeur de virologie, chef du service de virologie du CHU de Poitiers

L'échantillon passe ensuite dans une machine qui procède à une séparation des molécules. Même si le Covid-19 est présent, il devient alors inoffensif.

On positionne 40 échantillons de patients sur cet automate. On est quasiment à une utilisation industrielle puisque cet automate fonctionne maintenant quasiment en permance pour la réalisation des tests dédiés au dépistage du Covid-19.
- Nicolas Lévêque, professeur de virologie, chef du service de virologie du CHU de Poitiers

Le laboratoire peut accueillir jusqu'à 120 prélèvements par jour.
Le laboratoire peut accueillir jusqu'à 120 prélèvements par jour. © Marie-Noëlle Missud - France 3 Poitou-Charentes

Le laboratoire peut accueillir jusqu'à 120 prélèvements par jour. Après plusieurs heures d'analyse, les résultats, affichés sur un écran, se transforment en courbes significatives.

La détection du virus dans l'échantillon se traduit par l'apparition d'un signal fluorescent, et ce signal est représenté par des courbes. Si l'échantillon est négatif, donc s'il n'y a pas de présence du Covid-19, ces courbes n'apparaissent pas. 
- Nicolas Lévêque, professeur de virologie, chef du service de virologie du CHU de Poitiers

Les prélèvements congelés 

Ces prélèvements sont ensuite conservés dans des congélateurs à -80 degrés. Ils constituent une base de données sur le Covid-19 susceptibles d'aider la recherche plus tard.  
Les prélèvements Covid-19 sont conservés dans des congélateurs pour constituer une collection biologique avec l’accord des patients.
Les prélèvements Covid-19 sont conservés dans des congélateurs pour constituer une collection biologique avec l’accord des patients. © Marie-Noëlle Missud - France 3 Poitou-Charentes

Jusqu'à présent, le laboratoire du CHU de Poitiers était le seul habilité à analyser les prélèvements du Poitou-Charentes. Dans quelques jours, l'hôpital de La Rochelle devrait être lui aussi apte à dépister et diagnostiquer. Face à l'évolution de l'épidémie, 70 établissements de santé supplémentaires devraient rejoindre la liste des 38 structures d'urgences prochainement.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société