Coronavirus. Le CHU de Poitiers libère une centaine de lits en prévision d’un afflux de patients

Image d'illustration / © Philippe Huguen - AFP
Image d'illustration / © Philippe Huguen - AFP

Le CHU de Poitiers n’est pas saturé. Au contraire, il s’organise et adapte ses moyens en fonction de l’évolution de l’épidémie en Poitou-Charentes. Revue de détails.

Par Marie-Noëlle Missud / LG

« La situation stagne et on s’adapte »

Ces mots du directeur de la communication, Stéphan Maret, se veulent rassurants. Au CHU de Poitiers, les services ne sont pas saturés mais en ordre de bataille.
Concrètement, huit box d’hospitalisation aux urgences sont dédiés aux patients susceptibles d’être atteints par le Covid-19. Dans le service des maladies infectieuses, ce sont 27 lits qui ont été libérés pour cette pathologie, auxquels se rajoutent 30 lits en gériatrie et 25 places en réanimation. 

Le CHU dispose donc actuellement d’une centaine de lits disponibles grâce au report des opérations chirurgicales et médicales non urgentes.

Du côté du Samu-centre 15, le nombre de médecins régulateurs est passé à six au lieu de deux avec en moyenne 550 appels par jour contre 400 en temps normal. Le centre a connu un pic à raison de 800 appels quotidien, mais depuis le renfort des médecins de ville, la charge a diminué.
Centre Risques Epidémiques et Biologiques de Poitiers / © Marie-Noëlle Missud - France Télévisions
Centre Risques Epidémiques et Biologiques de Poitiers / © Marie-Noëlle Missud - France Télévisions
Le centre REB, (Risques Epidémiques et Biologiques) continue à recevoir les patients envoyés par le SAMU pour un dépistage. Lorsque le médecin régulateur suspecte une contamination, il demande à l’infectiologue du REB de rappeler ce patient. Après un entretien, c’est ce médecin spécialisé qui décide de pratiquer ou non un dépistage, en fonction du tableau clinique.
Actuellement, le laboratoire de micro biologie moléculaire du CHU analyse 150 prélèvements par jour, réalisés dans ce REB.
Quant aux urgences, elles continuent à être peu fréquentées, 80 passages au lieu de 150. En revanche, ce sont les cas les plus graves qui sont accueillis et qui nécessitent une hospitalisation indépendamment du Covid-19.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus