À la découverte du WaterJump à Vivonne dans la Vienne

© Léa Broquerie / FTV
© Léa Broquerie / FTV

Le WaterJump, c'est un loisir un peu extrême. Il s'agit de glisser sur des toboggans avec une réception en piscine. La vitesse peut aller jusqu'à 60km/h. Pour le pratiquer, rendez-vous à Vivonne, dans la Vienne.

Par Yleanna Robert

Pour avoir des sensations fortes en quelques secondes, rien de tel qu'une après-midi de WaterJump. Si vous ne connaissez pas, c'est très simple : le WaterJump est une activité de loisirs mais aussi un brin sportive avec laquelle vous glissez sur un toboggan avant de terminer votre course dans une piscine. 

Entre amis ou en famille, le WaterJump est vraiment l'activité de l'été pour vous rafraîchir. Vitesse de pointe : 60km/h, les frissons sont garantis. 
 

On a un peu peur avant l'arrivée avec l'adrénaline mais quand on glisse sur l'eau, c'est génial, confie une jeune fille complètement adepte de la discipline. 


Les plus téméraires du jour se lancent dans des figures acrobatiques sur l'une des 14 pistes que compte le site à Vivonne (86). 
 
À la découverte du Water Jump à Vivonne dans la Vienne
Un reportage de Léa Broquerie, Marion Ptak et Carine Grivet avec les interviews de Laurent Averré, directeur WaterJump Vivonne et Docteur Matthieu Marchetti, chef adjoint du service des Urgences, CHU de Poitiers.

Près d'un million d'euro a été investi pour l'installation il y a trois ans. L'objectif : plaire au plus grand nombre.
 

La plupart des gens ne connaissent pas l'activité. Au départ, ils font des sauts timides et à la fin, cela va être des petits saltos, raconte Laurent Averré, directeur du WaterJump Vivonne

Mais qui dit sport extrême dit aussi possibles blessures. Pour les éviter, la sécurité est prise très au sérieux. Selon le docteur Marchetti, chef adjoint du services des Urgences du CHU de Poitiers, le nombre de blessés est modéré par rapport au nombre de participants. Mais certaines blessures, peuvent toujours survenir. 
 

Il y a une résistance de l'eau qui fait que l'on risque d'avoir des fractures de côtes ou des fêlures. Pour les personnes qui ont eu des fractures récentes ou des opérations récentes, il peut également y avoir des traumatismes. Ce ne sont pas forcément des blessures graves mais elles sont évitables soit en sautant seul, soit faisant attention à choisir la piste et le mode de saut qui convient le mieux à sa condition physique.


Puisque le risque est peu élevé, n'hésitez pas vous aussi, à vous se jeter à l'eau. 


 

Sur le même sujet

Interview de Bruno Belin, président du conseil départemental de la Vienne

Les + Lus