• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Un deuxième cas de tuberculose détecté dans une école maternelle de Poitiers

En juin dernier, les parents et encadrants de cette école poitevine avaient subi un dépistage de la maladie / © José Sousa (FTV)
En juin dernier, les parents et encadrants de cette école poitevine avaient subi un dépistage de la maladie / © José Sousa (FTV)

Fin juin, une première enfant, scolarisée dans le quartier des Couronneries, avait été soignée pour tuberculose pulmonaire. Le dépistage mené parmi ses camarades par les autorités sanitaires dans la foulée a permis la détection d'un second élève atteint.

Par Marie-Ange Cristofari

Dès les résultats positifs connus, l'élève en question a été hospitalisé et placé sous traitement antibiotique. L'agence régionale de santé de Nouvelle Aquitaine précise que son état n'est pas préoccupant, il a pu rentrer chez lui. Ses proches ont été dépistés, aucun n'est porteur de la tuberculose.

La surveillance se poursuit


L'ensemble des parents et employés de l'école maternelle Alphonse Daudet a été informé. Cette annonce fait suite à la campagne de dépistage menée juste avant les vacances scolaires, après le diagnostic de tuberculose pulmonaire d'une des élèves de l'établissement.

Une deuxième phase de dépistage est programmée dans cette même école pour fin septembre ou début octobre, compte tenu de la longueur de l'incubation de cette maladie. Tous les résultats de cette première vague d'examens ne sont d'ailleurs pas encore connus. 117 écoliers de maternelle et l'ensemble du personnel à leur contact (soit une trentaine d'adultes) sont concernés. Des relances ont été faites auprès des personnes manquantes.

Une trentaine de cas depuis 2 ans


Au cours des derniers mois, le département de la Vienne a dénombré une quantité significative de cas de tuberculose. Le premier s'est révélé mortel, c'était à Smarves, au sud de l'agglomération, en avril 2017. Un écolier de 5 ans était décédé d'une méningo-encéphalite d’origine tuberculeuse.
En raison de la forte contagiosité de la maladie, ce cas avait déclenché toute une série de dépistages, et de diagnostics positifs à Smarves et à Châtellerault. Des cas liés entre eux. Tous n'ont pas développé de tuberculose, certains étaient porteurs sous une forme latente.

A lire aussi

Sur le même sujet

G7 : La halle d'Iraty met le pays basque en vitrine

Les + Lus