Emmanuel Barbe, délégué à la sécurité routière, défend à Poitiers les 80 km/h

Le délégué interministériel effectue son tour de France des préfectures pour réaffirmer la volonté du gouvernement d'abaisser la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires dès le 1er juillet et de confier à des privés des radars embarqués l'an prochain sur l'ensemble du territoire national.

© Ingrid Gallou - France 3 Poitou-Charentes
Emmanuel Barbe est ce mardi 22 mai dans la Vienne pour réaffirmer cette volonté. La visite s'est faite à la préfecture de la Vienne. De nombreux élus et personnalités étaient invités. Le président du département de la Vienne, le procureur, la préfète, l'association des maires de la Vienne et Emmanuel Barbe ont signé un contrat d'orientations 2018-2020 sur la sécurité routière.

L'annonce du gouvernement français d'abaisser à 80 km/h la vitesse sur les routes secondaires (à double sens et non séparée par un terre-plein) ne fait pas que des satisfaits. Certains maires de la Vienne semblent bien sceptiques quant à son efficacité.
De nombreuses manifestations hostiles à cette mesure ont déjà été réalisées par les motards.


"Pourquoi 80 et pas 70 ?"


Parmi les opposants, Alain Fouché le sénateur de la Vienne qui pose la question "Pourquoi 80 et pas 70 ?". Il estime que "les expérimentations qui ont été faites ont demontrées que sur 2 ans, c'est en Saône-et-Loire je crois, il y a eu plus de morts à 80 qu'à 90 parce que les camions qui roulent à 80 km/h, les voitures qui sont derrière sont à 75. Des files de voitures ne peuvent pas doubler, certaines essaient, et c'est là qu'il y a des accidents. Des automobilistes s'énervent ou s'endorment donc ce n'est pas la solution."

"Prendre des mesures de ruptures"

Dans la ruralité, vous avez trois fois plus de risques d'être tués sur les routes que quand vous habitez dans une ville et c'est çà la vraie injustice à laquelle il faut essayer de remédier

Lors de cette visite, le délégué interministériel a tenté de démontrer une fois de plus la bonne foi d'une telle mesure gouvernementale. Emmanuel Barbe considère que "​dans les six meilleurs pays du monde, il y en a quatre qui sont passés à des vitesses de 80 voire 70 km/h, parce que ce lien entre la vitesse moyenne pratiquée et le nombre de morts est totalement demontré, il est scientifique. Quand on sait qu'il y a une mesure qui, à moindre coût, avec peu de perte de temps pour les citoyens, peut permettre de reprendre cette marge vers la baisse du nombre des morts sur les routes, pourquoi ne pas l'utiliser ? C'est ce qu'a choisi de faire le Premier ministre et son gouvernement."

Le reportage d'I. Gallou et J. Sousa

E. Barbe, délégué à la sécurité routière, défend à Poitiers les 80km/h sur route
Interviews : Gilbert Beaujaneau, vice-président du Conseil départemental - Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière - Alain Fouché, sénateur de la Vienne 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité