Food Truck festival à Poitiers : Á la rencontre des nomades du goût

Le plus grand rassemblement de food trucks se tient à partir de ce jeudi 5 mai 2022 au parc des Bizais à Buxerolles. Jusqu’à dimanche, 65 Food trucks proposent une cuisine à emporter aux accents du monde entier, mais aussi riches des saveurs du terroir français. Car notre gastronomie semble bien se renouveler à bord de ces camions ambulants, qui proposent une diversité de saveurs, inspirées de nos régions et d’ailleurs. Portraits d’amoureux du goût qui puisent leur inspiration sur les routes de France.

Ce jeudi matin, Valentin et Moussa installent leur bar ambulant au milieu du parc de Buxerolles. L’Estafete est un bar à cocktail, avec ou sans alcool, mobile. Accoudé au bar en bois, on se croirait dans un vrai établissement, avec le plaisir d’être en plein air. A 27 et 35 ans, Valentin et Moussa ne sont pas de simples barmans: « On est des couteaux suisses », rigole Valentin. « On fait plein de métiers différents. »

Un bar à cocktails ambulant

L’idée du Food truck est partie il y a cinq ans : Valentin travaillait dans un bar à cocktails parisien. Un jour, il a eu besoin de sortir et s’est rendu compte que tout son matériel pouvait être transporté dans un camion et une remorque. Il convainc son ami Moussa d’embarquer avec lui dans l’aventure. Celui-ci, alors animateur, a envie d’apprendre les savoir-faire de la création de cocktails: « Je lui ai dit, je m’investis à 100 %, mais en échange, je suis ton Padawan, j’apprends tous les jours », rit Moussa.

La variété des produits régionaux 

Avec l’expérience en distillation et en mixages de Valentin, et une passion pour la création de saveurs, sans limite, les deux amis partent à bord de leur premier food truck avec un objectif : capturer les meilleures saveurs des régions françaises pour des cocktails issus au maximum de produits locaux et originaux.

Ensemble, ils parcourent 25.000 km de routes françaises, à la recherche des meilleurs fruits, vinaigres et alcools. « On a rencontré une soixantaine de producteurs de fruits et légumes, des micro brasseries, des petites distilleries… » se souvient Valentin. Moussa et lui apprennent au fur et à mesure des rencontres : un travail de terrain.

Des chimistes du goût

Ils sont parfois de véritables chimistes du goût : les deux amis utilisent un rotavapeur, un alambic capable de saisir les propriétés actives des plantes. Le résultat : de la vodka au silex, ou au persil, ou encore des pépins de raisins distillés pour rajouter du tonique.

Ce sont des connaissances qu’on apprend sur le tas, en testant. Et puis c’est un métier de partage, un métier passion on s’y planche facilement.

Moussa, co gérant de l'Estafete cocktail

Avec leur palet aiguisé, les deux passionnés s’allient aux meilleurs artisans qu’ils ont croisé sur leur route : dans leur enseigne, pas de citron, mais une acidité locale obtenue grâce à un vinaigre de framboise artisanal, ou bien grâce au verjus, un jus de raisin acide récolté avant la maturité des pieds : « ça permet aux vignerons de sauver leurs pieds de raisins lors de récoltes prématurées ».

L’évènement In Cocktail We Truck

 

On recrée le bar chez les gens, avec un décor selon leurs envies. On peut aller partout.

Valentin, gérant de l'Estafete Cocktail

Plus qu’un bar à cocktails les deux amis ont créé un véritable évènement qui allie musique, dégustation de cocktails, et investissement de lieux insolites. « Au début on a eu des galères, c’était tout neuf, et pour les gens c’était surprenant d’avoir des cocktails dans des endroits inattendus », se remémore Valentin. Aussi inattendus que le cinéma le Majestic à Paris, pour l’avant-première d’un film. Pour la suite, les deux acolytes pensent à étendre le concept au-delà de frontières françaises. Prochaine destination: la Suisse.

Tout plaquer pour ouvrir son food truck

« Aujourd'hui pour le festival, je ne fais que l’aligot, les saucissons et la charcuterie. J’imagine que les gens qui viennent ici veulent manger quelque chose d’atypique », déclare Laurent Prajault, artisan charcutier. Originaire de l’Aveyron, Laurent Prajault a lancé son food truck en 2011.

Le matin quand vais travailler, je n’ai plus mal au ventre.

Laurent Prajault, artisan charcutier

Longtemps responsable chez ArcelorMittal, cet ex patron d’entreprise a un jour tout plaqué pour retourner à ses origines : l’aveyronnais quitte Paris et François Pinault pour rejoindre sa région natale et faire des saucissons.

J'en avais marre d’avoir des chaussures à moquette et de me taper des faux culs. D’être obligé de faire des caresses pour évoluer.

Laurent Prajault, artisan charcutier

La salaison chez les Prajault, c’est une histoire de famille. Le retour à la terre d’Auvergne est plutôt fluide : « Si voulez une vache sur pied j'appelle, vous en avez une demain », assure celui qui fait saucissons et terrines artisanales depuis son food truck. « Ce qui peut être dur, c’est la comptabilité, les papiers. Mais  quand vous avez géré une boîte avec 600 personnes, c’est facile ».

Au salariat confortable, Laurent a préféré l’aventure du travail indépendant. L’artisan passe sept jours sur sept dans son camion à sillonner les marchés de France et partager ses 28 variétés de saucissons.

C’est une autre façon de vivre, une autre façon d'être. Quand on est patron de boîte, on n’a pas de barbe ou d’oreille percée. Je suis atypique. Je l’ai toujours été.

Laurent Prajault, artisan charcutier

« Parfois, il faut se poser les bonnes questions », observe Laurent Prajault. S’il reconnaît que travailler comme indépendant est une prise de risques, la crise sanitaire n’a pas freiné son activité : « Dans les petits villages, les marchés ne se sont pas arrêtés. Le Covid a juste supprimé l’option festival ». Alors, celui qui a reçu douze médailles au concours du meilleur saucisson et une médaille d’or au concours général agricole en 2010, ne regrette rien.

L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité