Jacques Doillon anime une masterclass autour de ses premiers films au cinéma Le Dietrich à Poitiers

Le cinéaste français Jacques Doillon sera présent à Poitiers le vendredi 22 avril pour présenter la mini-rétrospective de quatre de ses films de jeunesse, réalisés entre 1974 et 1985, qui ressortent en copies restaurées. Une rencontre rare pour les cinéphiles.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

C'est un évènement rare : l'une des grandes figures du cinéma français, le réalisateur Jacques Doillon, se déplace à Poitiers pour une masterclass le vendredi 22 avril à 18h30 au cinéma Le Dietrich. Une heure d'échange avec le public est prévue ce soir-là pour présenter la mini-rétrospective « Jacques Doillon jeune cinéaste » que lui consacre le distributeur Malavida et que décline le cinéma pictave sur son mono écran. 

Au programme, quatre films réalisés au début de sa carrière entre 1974 et 1985 et à nouveau disponible en version restaurée : Les Doigts dans la tête (1974), La Drôlesse (1979), La Femme qui pleure (1979), La Vie de famille (1985).

Le soir de sa venue, Jacques Doillon s'exprimera en amont de la projection de La Drôlesse, film de 1979 dans lequel un jeune homme de 20 ans, rejeté par son entourage, kidnappe une fillette de 11 ans, la petite Madeleine. Tout d'abord apeurée, elle devient ensuite son complice et invente avec lui le foyer qu'ils n'ont jamais eus. Un film marquant et tendre, suivant les errances de deux âmes esseulées, malaimées et délaissées qui tentent de se construire dans un monde rural où elles n'ont pas leur place. La campagne française du milieu des années 70 décrite dans le film rappelle celle de la série de documentaires de Raymond Depardon consacrée au monde paysan et laisse au spectateur l'impression d'assister à la dernière survivance d'un monde depuis disparu. 

Certains des films présentés dans cette rétrospective rare, en version restaurée, sont à nouveau visibles à la suite d'une première rétrospective de plusieurs films programmés lors de festival francophone d'Angoulême de 2018.