"La pride des champs" de Chenevelles : symbole de tolérance en zone rurale

durée de la vidéo : 00h01mn17s
Extrait de notre documentaire inédit "La Pride des Champs", à retrouver en intégralité sur la plateforme France.tv en replay pendant 30 jours. ©Les Beaux Docs et Via Découvertes Films

En juillet 2023, un événement a marqué la campagne poitevine : la seconde édition d’une pride en milieu rural. "Les fiertés rurales" ont eu lieu à Chenevelles dans la Vienne. Ce village s'est transformé, le temps d’une journée, en un foyer de diversité. C’est l’histoire racontée dans le documentaire « La Pride des Champs ».

Malgré les défis et les préjugés, la Pride Rurale de Chenevelles a réussi à rassembler plus de mille participants, témoignant ainsi de la capacité des communautés rurales à s'élever contre les préjugés.

Menée par le maire Cyril Cibert, accompagné par les bénévoles de l’association Fiertés Rurales et soutenue par des administrés dévoués de cette commune de 450 habitants, cette pride avait un objectif clair : démontrer que la ruralité n'est pas synonyme de régression sociale, mais bien d'ouverture d'esprit et de respect de la différence.

Le collectif de la Coloc Drag, basé à Poitiers, a également apporté sa contribution à cette journée, en se produisant devant un public curieux et bienveillant. Leur performance et leurs costumes colorés ont permis de faire de cette journée un moment spécial, placé sous le signe de l’inclusion et de la liberté d’expression.

Le taux de suicide chez les personnes transgenres est plus élevé que dans le reste de la population et nous devons changer cela en les soutenant [...]

Antoine Dabin

Réalisateur du documentaire "La Pride des Champs"

Le parcours d’un jeune homme en transition

Parmi les acteurs engagés, ce documentaire suit Léo, un jeune trans en transition. À travers les larmes et les sourires, nous assistons à une transformation profonde, à mesure que Léo devient de plus en plus fier de l'homme qu'il est en train de devenir. Entre ses rendez-vous médicaux, jusqu’à la remise de sa nouvelle carte d'identité lors d'une cérémonie pré-Pride à Chenevelles, le film suit certaines étapes importantes pour être enfin celui qu’il a toujours été. 

durée de la vidéo : 00h01mn23s
Documentaire inédit "La Pride des Champs" ©Les Beaux Docs et Via Découvertes Films

Interview du réalisateur du documentaire « La Pride des Champs », Antoine Dabin :

Comment avez-vous eu l’idée de réaliser un documentaire autour d’une pride en milieu rural ?

L'idée du documentaire est née après la réalisation de mon précédent travail sur une drag queen parisienne, Minima Gesté. Une amie productrice, présente par hasard à la première pride rurale en France, m'a suggéré ce sujet. Après avoir contacté le maire du village, Cyril Cibert, j'ai réalisé le potentiel de ce projet. Ayant moi-même grandi en milieu rural et constaté l'évolution des mentalités grâce à la visibilité des personnes LGBTQIA+, j'ai été convaincu de la nécessité de ce documentaire pour donner la parole à cette communauté et mettre en lumière les changements positifs dans les campagnes. Quand j’étais plus jeune, j’ai pu constater que la campagne n’était pas un havre de paix pour les membres de la communauté LGBTQIA+ qui vivaient le plus souvent cachés.

Quel message souhaitez-vous transmettre à travers votre documentaire et quelles ont été vos motivations ? 

Mon documentaire vise à sensibiliser ceux qui ne sont pas familiers de la communauté LGBTQIA+ sur l'importance de l'acceptation. Je crois fermement qu'écouter les personnes concernées avant de juger est essentiel. À travers ce film, je souhaite offrir aux spectateurs un aperçu d'un univers inconnu, tout en promouvant les valeurs d'acceptation et de respect. Je veux également souligner que le monde rural est plus ouvert que ce que l'on pense souvent, et j'espère que la visibilité accrue de la communauté LGBTQIA+, à travers des événements comme les prides rurales, contribuera à changer les mentalités. Mes motivations découlent du constat que les actes homophobes et transphobes persistent, et je m'engage à continuer à faire des documentaires sur ce sujet jusqu'à ce que ces discriminations cessent. Mon objectif est que ce film apporte un soutien et un sentiment d'accompagnement aux jeunes découvrant leur identité LGBTQIA+ ainsi qu'à leurs parents, et qu'il contribue à normaliser l'acceptation de la diversité dans la société.

La société ne devrait même pas se poser la question d’accepter ou non l’homosexualité et la transidentité. L’homophobie et la transphobie ne sont pas des opinions mais des discriminations.

Antoine Dabin

Réalisateur

Comment espérez-vous que votre documentaire touche le public, en particulier ceux qui ne sont pas familiers de la culture du drag et de la communauté LGBTQIA+ ?

Je souhaite que mon documentaire suscite des discussions et une prise de conscience chez le public. En suivant différents personnages, du maire homosexuel aux drags, en passant par un jeune homme trans, j'espère que les spectateurs comprendront les enjeux liés à l'acceptation des minorités en France. Il est important de rappeler que le taux de suicide chez les personnes transgenres est plus élevé que dans le reste de la population et nous devons changer cela en les soutenant et non en les rejetant. La transidentité comme l’homosexualité ne sont pas des choix.

Parallèlement, j'espère que le documentaire mettra en évidence le message politique et militant porté par les drag queens et kings de la Coloc Drag, en soulignant leur contribution à faire avancer les mentalités. J'espère que cela encouragera une meilleure rémunération pour ces artistes et une lutte contre les actes LGBTOPHOBES auxquels ils et elles sont confronté.es.

Avez-vous rencontré des difficultés ou des défis pendant la réalisation de ce documentaire, notamment lorsque vous suivez la transition de genre de Léo ? 

La réalisation de ce documentaire a été moins complexe que prévu, malgré le suivi de plusieurs personnages. Leur coopération et leur disponibilité ont facilité le processus. En ce qui concerne Léo, sa seule exigence était de commencer le tournage une fois entamées ses injections d'hormones. Ses parents étaient réticents à apparaître dans le film, mais après en avoir discuté, ils ont accepté de participer pour montrer leur évolution vers l'acceptation de la transition de leur enfant, et rien au monde ne changera leur amour pour lui. Leur témoignage offre un message d'espoir aux jeunes et aux parents vivant des situations similaires.

Quels moments marquants avez-vous vécus pendant le tournage ?

Un moment marquant a été la remise de la nouvelle carte d’identité de Léo, avec la mention de genre correcte, par le maire Cyril Cibert. C'était un instant chargé d'émotion pour sa famille et les personnes présentes à la mairie, symbolisant le chemin parcouru par Léo et ses parents avec le soutien précieux du maire. J'espère que cette initiative inspirera d'autres maires à suivre cet exemple.

Un autre moment touchant a été d'assister à l'écriture d'une chanson par Luna Sangré et Joe Secours, relatant leurs parcours marqués par le rejet familial. Joe Secours a interprété cette chanson sur scène à l’occasion de la pride rurale à Chenevelles, des mois après sa création.

Enfin, voir la communauté se rassembler lors des Fiertés Rurales, avec des personnes de tous âges défilant à travers les champs et entre les tracteurs, a été très émouvant. Cyril Cibert, le maire, était lui-même touché par cet élan de solidarité, démontrant que la société avance vers plus d'inclusion et de diversité, avec la pride en tant qu'exemple inspirant de cette progression.

Projection en avant-première à Poitiers 

France 3 Nouvelle-Aquitaine vous offre la possibilité de vous inscrire gratuitement à la projection en avant-première du documentaire « La Pride des Champs », en présence de son réalisateur Antoine Dabin et les protagonistes du documentaire. L’avant-première se déroule le mardi 14 mai à 19.30 au CAP SUD - Poitiers.

Lien d’inscription disponible en cliquant ici.

Documentaire "La Pride des Champs" : jeudi 16 mai à 23.00 sur France 3 Nouvelle-Aquitaine et sur france.tv pendant un mois après sa diffusion.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité