Poitiers : la Librairie Solidaire du Secours Populaire fait peau neuve à l'occasion de ses 10 ans

Installée depuis 2010 dans le quartier des Couronneries, la Librairie Solidaire s'offre une deuxieme jeunesse : travaux, partenariats, et surtout dévellopement hors les murs.

la Librairie Solidaire
la Librairie Solidaire © Secours Populaire

La volée de marches nous laisse planté devant une porte métallique, grise forcément, sécurisée et austère. On est pourtant bien inspiré de la pousser, car derrière se cache une caverne d’Ali Baba de livres en tous genres, de Cd et DVD, des vinyles même. "Il n’y a que les VHS qu’on ne prend plus". Nicolas Xuereb, le directeur du Secours Populaire de Poitiers, s’affaire depuis dix ans avec l’aide d’une douzaine de bénévoles à trier, classer, référencer les quelques 8.000 ouvrages de cette Librairie Solidaire et atypique.

En 2010, ici, c’était un local de stockage de vêtements, qui n’était pas ouvert au public. A l’époque France Loisir nous avait associé à son opération "Pass-Lire" : en échange de bons d’achats, leurs adhérents ramenaient les livres dont ils souhaitaient se séparer, qui nous étaient ensuite donnés gracieusement. Les quelques cartons du début sont rapidement devenus des camions entiers de bouquins. On était littéralement submergés, et avec les bénévoles on s’est dit : "Et si on montait une Librairie Solidaire…" 

Nicolas Xuereb, directeur du Secours Populaire de Poitiers

Il a alors fallu s’organiser. Au début, un tri alphabétique par auteur faisait office de rangement. Mais rapidement les bénévoles se sont pris au jeu et ont commencé à classer les livres par genre. La deuxième pièce du local s’est ainsi métamorphosée en Espace Jeunesse, tandis que des coins Encyclopédie, Scolaire, Politique voyaient le jour petit à petit, à mesure que la montagne de bouquins livrait ses trésors. "Je suis sûr que dans le tas, il y a des livres qui ont de la valeur. Il n’y a qu’à voir les bouquinistes qui viennent régulièrement nous voir. Eux ils savent".

la Librairie Solidaire
la Librairie Solidaire © Secours Populaire

Lecture pour tous

Mais la librairie du Secours Populaire a fait le choix de la lecture pour tous. On ne parle d’ailleurs pas de prix mais de "Participation à la Solidarité" : 30, 40 ou 50 centimes le bouquin. Un euro ou deux pour les beaux livres de voyage. "C’est vraiment très très bas, pour donner l’accès à tous à la lecture. Avec nos 8.000 ouvrages, c’est énorme ce qu’on a. Mais ça tourne bien, parce qu’on a de plus en plus de monde qui vient. Il y a les lycéens qui cherchent les Molières et compagnie, de la poésie … On a. C’est un moyen pour eux de payer moins cher les classiques qu’ils étudient. Et pendant les vacances scolaires, ce sont les grands parents qui amènent leurs petits enfants pour se choisir un livre".

Les Molières et compagnie ...
Les Molières et compagnie ... © Secours Populaire

La fréquentation de la Librairie Solidaire passe alors à une cinquantaine de personnes par jour, bien qu’elle ne soit ouverte que les après-midi, de 14 à 18h.

A raison de quelques centimes d’euros le livre, le succès de la librairie lui permet néanmoins de dégager 6.000 € par an. "Même l’année dernière, malgré le confinement, on a fait 5.000 €. Les gens attendaient avec impatience qu’on puisse rouvrir. Et au déconfinement, y avait du monde, je peux vous dire !"

Se développer hors les murs

Aménagé dans l’urgence il y a 10 ans, pour ne pas se faire submerger par les volumes de livres qui ne cessaient d’arriver, le local de stockage est bon an mal an devenu une vraie librairie. Désormais informatisée, avec lecteur de code barre connecté à une banque de données, la mise à jour du stock se fait maintenant en temps réel.

Aujourd’hui, on utilise encore des cartons de chez Lidl qui datent des tout débuts. Alors maintenant on a décidé d'investir un peu pour que ce soit plus propre, plus rangé. Ce sera bien plus agréable, que ce soit pour les personnes qui viennent choisir un livre, comme pour les bénévoles. 

Nicolas Xuereb, directeur du Secours Populaire de Poitiers

C’est l’association d’insertion Cap Vert, de Buxerolles, qui réalisera les travaux d’ici quelques semaines. Les rayonnages muraux vont ainsi être changés, de même que les casiers de présentation, pour lesquels la mobilité sera privilégiée. "On va fabriquer des caisses en bois qu’on mettra sur roulettes, pour que ce soit plus facile à transporter pour faire les braderies. Jusqu’à présent on emmenait toujours des vêtements, mais maintenant on embarquera aussi la librairie avec nous sur le stand".

la librairie Solidaire
la librairie Solidaire © Secours Populaire

Braderie de Poitiers, fête de quartier des Couronneries, les quelques évènements hors les murs auxquels le Secours Populaire avait commencé à participer en 2019 ont bien évidemment dû s’interrompre avec la crise sanitaire. Mais les bénévoles ont mis à profit cette pause obligée pour peaufiner leur retour. En force. "De 3 à 4 participations par an, on aimerait maintenant en faire de manière récurrente, tout au long de l’année. Par exemple les 1er mercredis de chaque mois. Avec des vêtements, et nos caisses de livres à roulettes". De la même manière, le marché de Couronneries pourrait bientôt voir débouler les prometteuses caisses à roulettes du Secours Populaire. Sitôt fabriquées.

On est juste à côté ! Ça permettrait de nous faire connaître et de vendre quelques bouquins le dimanche matin. J’aimerai aussi pouvoir installer un petit présentoir dans le hall de la gare, pendant deux heures, le matin. Il y a beaucoup de passage et les gens prendraient un petit bouquin pas cher, hop, pour lire dans le train. En veillant à ne proposer que des livres un peu anciens, pour ne pas faire de concurrence au Point Relais, parce que ce n'est surtout pas l’idée. A Strasbourg, la formule marche déjà très bien depuis plusieurs années, mais moi j’ai eu beau faire des courriers et tout, je n'ai jamais réussi à faire pareil à Poitiers. Mais ça va venir, les gens vont comprendre que c’est de solidarité qu’il s’agit. On va finir par y arriver.

Nicolas Xuereb, directeur du Secours Populaire de Poitiers

Les travaux seront aussi l’occasion d’aménager un coin lecture pour les plus jeunes. "On veut que la Librairie Solidaire devienne un lieu culturel à part entière. On réfléchit aussi à exposer des peintures et des œuvres d’artistes locaux. On aimerait favoriser l’accès aux spectacles, en plus des livres".

Il y a deux ans, à Noël, la Librairie s’était ainsi associée à une troupe de théâtre de Chauvigny, qui faisaient des lectures et contaient des histoires aux enfants, à la Grange aux Loups. "On va reprendre dès la fin du Covid. Ce sera même mieux !"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
livres culture solidarité société