Poitiers : trois nouvelles sculptures de Camille Claudel au musée Sainte-Croix

Vingt œuvres de l'artiste Camille Claudel ont été mises en vente lundi 27 novembre à Paris par Artcurial, une maison française de vente d'objets d'art. Trois d'entre elles ont été préemptées par le musée Sainte-Croix de Poitiers.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Jusqu'à aujourd'hui, le musée Sainte-Croix de Poitiers disposait d'une collection de sept œuvres de l'artiste Camille Claudel. Grâce à la vente aux enchères de Artcurial qui a eu lieu ce lundi 25 novembre à Paris, le musée va se doter de trois nouvelles pièces (voir photos ci-dessous) : La Vieille Hélène (bronze), Femme à sa toilette (plâtre) et Étude pour le buste de Paul Claudel à 37 ans (plâtre). Le musée de Poitiers dispose donc de l'une des plus importantes collections d'œuvres de Claudel.

L'œuvre La Vieille Hélène a été réalisée entre 1882 et 1885 par Camille Claudel lorsqu'elle n'avait que 18 ans. À l'époque, elle ne connaissait pas encore Rodin, qui deviendra son mentor et son amant par la suite.


La seconde pièce préemptée par le musée de Poitiers (il s'est substitué au dernier enchérisseur grâce au droit de préemption) est la Femme à sa toilette. Elle a été réalisée entre 1895 et 1897. Pascal Faracci, directeur des musées de Poitiers explique ce choix dans la Nouvelle République : "Nous n'avions pas de plâtre dans la collection et cette œuvre est la préfiguration d'une autre que nous possédions déjà, Profonde Pensée."


Étude pour le buste de Paul Claudel à 37 ans est la dernière œuvre acquise par le musée Sainte-Croix. Il s'agit d'une des dernières réalisations de l'artiste qui l'a sculpté en 1905. 

Les pièces ont respectivement coûté 130 000€, 54 600€ et 23 400€ frais de vente inclus. Et ce sont l'État, la Ville de Poitiers, la région Nouvelle-Aquitaine ainsi que six mécènes qui ont réuni la somme nécessaire à l'achat, soit 208 000€.