Avec le rêve de Lili, la compagnie poitevine de l'Homme debout veut faire danser les Poitevins

En collaboration avec la mairie de Poitiers, la compagnie poitevine l'Homme debout a lancé un projet adapté aux mesures sanitaires. Les Poitevins sont invités à recréer la chorégraphie de la marionnette Lili en se filmant et à participer à la réalisation d'un clip en janvier.

Avec le rêve de Lili, la compagnie poitevine de l'Homme debout veut faire danser les Poitevins
Avec le rêve de Lili, la compagnie poitevine de l'Homme debout veut faire danser les Poitevins © Michel Wiart

Le rêve de Lili est né d'un refus, celui du directeur artistique de la compagnie de l'Homme debout, Benoît Mousserion : "Je ne voulais pas que pendant encore des mois, on se retrouve chacun chez soi, dans des cercles restreint. Ce n'est ni bon psychologiquement ni pour une société. Il n'y a plus d'espace de rencontre, de confrontation de nos différences ni de débat."

Parti du constat que les spectacles étaient interdits, mais pas les répétitions, il a décidé de faire répéter et de filmer la marionnette Lili dans 20 lieux emblématiques de Poitiers tels que la Place d'Armes, le Palais des ducs, mais aussi le stade Paul Rébeilleau : "On va la filmer en train de danser et on va demander aux Poitevins de répéter une partie de la danse chez eux."

Un flash mob virtuel

"Ce projet ne fonctionnera que si on s'y met tous. C'est même sa raison d'être", estime Benoît Mousserion. Les Poitevins vont pouvoir répéter les gestes d'une chorégraphie de Laurent Falguieras de 20 secondes, pensée pour tous : "On aimerait que des personnes âgées ou en situation de handicap puissent aussi la faire."

Chaque Poitevin volontaire pour participer au clip devra cliquer sur ce lien et créer son compte. La vidéo mise sur la plateforme sera ensuite réutilisée au moment des refrains de la musique composée par Julien Padovani. L'ensemble devrait aboutir à un clip de 4'30 minutes où les images des Poitevins en train de danser s'ajouteraient à celles de Lili, la marionnette."On va utiliser les réseaux sociaux pour partager le projet, mais surtout le réseau social, le vrai, qui unit les Poitevins et persiste même si on ne peut plus sortir", explique le directeur artistique. Il espère ainsi former une "chaîne de joyeuseté".

Un projet mis sur pied en un mois

Le projet pourtant complexe dans sa mise en œuvre, a pris forme il y a seulement un mois. "Benoît Mousserion et la compagnie de l'Homme debout sont venus nous proposer de raconter une histoire sur Poitiers en se réappropriant l'espace public. Ce qui s'inscrivait totalement dans notre politique", explique Charles Reverchon-Billon, adjoint à la culture et à l'espace public de la mairie de Poitiers.

Malgré un investissement de 40.000 euros de la mairie pour ce projet, la compagnie a souhaité investir de son côté 7.500 euros, "le prix d'une semaine de répétitions". 

Les vidéos sont à déposer sur la plateforme collaborative avant le 22 décembre, pour permettre la mise en ligne finale du clip le 8 janvier. Un clip qui restera incomplet tant que le rêve de Lili ne sera pas réalisé : une réunion physique des Poitevins pour réaliser la chorégraphie.

Lili répète des pas de danse dans la salle des Pas Perdus

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture réseaux sociaux société