Smarves : un cas mortel de tuberculose

Un enfant scolarisé en grande section de maternelle à l'école de Smarves est décédé de la tuberculose fin avril. Une campagne de dépistage est prévue dans l'école d'ici la fin de la semaine.

L'école de Smarves où un garçon de 5 ans est décédé des suites de la tuberculose en avril 2017
L'école de Smarves où un garçon de 5 ans est décédé des suites de la tuberculose en avril 2017 © Hugo Lemmonier - Ftv
Un enfant de 5 ans, scolarisé en grande section à l'école maternelle de Smarves est décédé le 25 avril de la tuberculose.
Il avait été admis au CHU de Poitiers quelques jours auparavant, victime de fièvre inexpliquée. Ce n'est qu'à la quatrième autopsie que la présence du bacille de Koch a pu être avérée.

L'enfant n'était pas vacciné mais le BCG n'est plus obligatoire depuis 2007. 

Deux enfants de l'école sont actuellement hospitalisés au CHU de Poitiers. Ils avaient été détectés positifs lors des premiers tests cutanés organisés la semaine dernière.

Le gros problème réside actuellement sur l'impossibilité de désigner le "patient zéro", la première personne à avoir été contaminée.

Le maire de la commune, Philippe Barrault, a organisé avec le rectorat, la préfecture et un médecin du CHU de Poitiers, une cellule psychologique en direction des parents d'élèves.

Une opération de dépistage systématique aura lieu d'ici la fin de la semaine : 30 enfants jeudi et 30 vendredi.
Si la contagion est avérée, il faudra revoir le dispositif de protection.

Il n'est pas question, pour l'instant, de fermer l'établissement scolaire.

L'ARS, Agence Régionale de la Santé Nouvelle-Aquitaine, réagissait à 17h par un communiqué, à propos des mesures de prévention nécessaires à la sécurité de chacun, mises en place à Smarves.

Communiqué de l'ARS suite au cas de tuberculose à Smarves (86)


Et Stéphane Bouges, médecin à l'Agence Régionale de Santé était l'invité du journal de 19h pour apporter de nouvelles précisions sur le dispositif mis en place.

durée de la vidéo: 02 min 24
Cas mortel de tuberculose à Smarves : l'interview de S. Bouges

En 2014, l’Institut de veille sanitaire a recensé moins de 5.000 cas en France. Les traitements ont permis de faire chuter le nombre de décès à moins de 700 chaque année.

durée de la vidéo: 01 min 21
Cas mortel de tuberculose à Smarves (86)


Vaccination contre la tuberculose : ce qu'il faut savoir
Le vaccin contre la tuberculose n'est plus obligatoire depuis 2007. La vaccination est uniquement conseillée aux enfants provenant ou ayant un parent provenant de pays où la tuberculose est fortement présente, ayant un antécédent familial de tuberculose ou vivant dans des conditions précaires. Il s’administre en une seule fois aux nourrissons, aux enfants et aux adolescents jusqu’à l’âge de 15 ans, aucun rappel n’est nécessaire.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société éducation