Cet article date de plus de 4 ans

Vous voulez arrêter de fumer ? Faites-vous aider !

La solution miracle n'existe pas et parfois, la seule volonté ne suffit pas. Des prises en charge personnalisées peuvent permettre aux fumeurs d'en finir une fois pour toute avec leur addiction. Regardez notre reportage suivi des explications d'une spécialiste du CHU de Bordeaux.
Invité plateau : Pr Chantal RAHERISON SEMJEN PU/PH, Service de pneumologie - pôle cardio-thoracique - CHU de Bordeaux
Date de diffusion : Lundi 24 octobre 2016

L’OMS estime que le tabac est responsable de 4 millions de morts dans le monde (70% des décès se produisent dans les pays en voie de développement). En France :


PRINCIPALES PATHOLOGIES LIEES AU TABAC

LE TABAC : UNE DROGUE PUISSANTE

3 types de dépendance :► Tout professionnel de santé est habilité à délivrer un message de prévention au fumeur en posant systématiquement les questions : est-ce-que vous fumez ?
Voulez-vous arrêtez de fumer ? Ce conseil minimal provoque 2% de baisse chez les médecins qui le pratiquent. Pour pouvoir assurer un suivi d’aide à l’arrêt du tabac, le médecin ou l’éducateur de santé doit : connaître la psychologie des fumeurs avant d’aider à la maturation du processus d’arrêt, savoir évaluer les dépendances, connaître  les comorbidités, connaître les traitements disponibles et mettre en place l’aide au sevrage

L’AIDE AU SEVRAGE TABAGIQUE AU CHU DE BORDEAUX


En 2015 : 330 nouvelles personnes venues aux consultations d’aide au sevrage tabagique et une file active de 1 339 consultations (médecin tabacologue et psychologue). L’équipe propose :Connaître la psychologie des fumeursSavoir évaluer les dépendances
La dépendance tabagique est multiple : physique, comportementale et psychologique. Chaque fumeur est unique suivant sa personnalité, son état anxiodépressif, son environnement et l’appétence de son système nerveux pour la nicotine. Pour chaque fumeur, une évaluation précise des dépendances s’impose en s’aidant des tests et questionnaires (test de Fagerstrôm, le monoxyde de carbone exhalé, le dosage de la cotinine urinaire) ; de l’entretien, avec l’âge de début du tabagisme, les différentes expériences de sevrage ou de réduction faites jusque-là, les difficultés rencontrées, les causes de rechutes, les représentations personnelles de la cigarette (plaisir, béquille …).
   
Connaître les comorbiditésLes traitements disponibles
Les substituts nicotiniques : en hospitalisation, la substitution permet d’éviter les symptômes de sevrage brutal à un moment où la personne est perturbée psychologiquement. Selon l’Afssaps, mai 2003, il n’existe plus de contre-indication cardiovasculaire à la prescription de substituts.
Les formes disponibles : les patchs, les comprimés ou les gommes à la nicotine, l’inhaleur, le spray nicotinique, et autre médicaments (Varénicline ou Champix - Bupropion ou Zyban) …

Mise en place de l’aide au sevrage
Source : CHU Bordeaux
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société infos pratiques vos rendez-vous à l'antenne