Questions après la sortie de piste d'un airbus d'Air Méditerranée

L'airbus A321 de la compagnie Air Méditerranée immobilisé à Lyon. / © France 3 Rhône Alpes
L'airbus A321 de la compagnie Air Méditerranée immobilisé à Lyon. / © France 3 Rhône Alpes

Deux jours après la sortie de piste d'un airbus d'Air Méditerranée sur l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry, l'enquête se poursuit pour déterminer les causes de cet atterrissage raté. S'agit-il d'une défaillance technique ou d'une erreur humaine de l'équipage de cette compagnie charter basée à Tarbes ?

Par Laurence Boffet

L'enquête a commencé sitôt l'avion évacué. Deux jours après l'atterrissage raté de l'airbus A321 d'Air Méditerranée sur l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry, elle se poursuit pour déterminer les causes de cet incident. S'agit-il d'une défaillance technique, d'un problème de maintenance ou d'une erreur de l'équipage de cette compagnie charter basée à Juillan sur l'aéroport de Tarbes.

Un atterrissage manqué

L'accident s'est produit vendredi soir au moment de l'atterrissage sur une des deux pistes de l'aéroport lyonnais. Pour une raison encore inconnue, l'Airbus est allé au-delà du seuil de la piste sur environ 300 mètres avant de s'embourber dans un terrain détrempé. Les 181 passagers de l'A321, dont 7 membres d'équipage, ont été évacués de l'avion indemnes. Malgré une grosse frayeur, il n'y a eu aucun blessé à déplorer. Après avoir été interrompu pendant quelques heures, le trafic aérien a repris normalement samedi matin à Lyon mais avec une seule piste car il faut attendre que l'appareil d'Air Méditerranée soit évacué pour pouvoir utiliser de nouveau la deuxième piste de l'aéroport.

L'enquête se poursuit

Les opérations de dégagement de l'appareil ont commencé ce dimanche. Rendues délicates par la position même de l'avion dans un secteur gravillonné, elles devraient s'achever en fin d'après-midi, d'après la direction d'Air Méditerranée. Dans le même temps, l'enquête se poursuit pour déterminer les causes de cette accident. Des enquêteurs de la Gendarmerie des transports aériens (GTA) et du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) sont montés à bord dès l'évacuation de l'appareil avec l'équipage pour commencer auditions et investigations. Ils ont entendu l'équipage grec de l'appareil et étaient toujours sur place ce dimanche.

Air Méditerranée

Cette compagnie charter est née en 1997 à Juillan sur l'aéroport de Tarbes. Son siège administratif se trouve au Fauga près de Toulouse.  Air Méditerranée dessert essentiellement le bassin méditerranéen. Elle a créé en 2011 une filiale à bas coût en Grèce, Hermès Airlines et y a délocalisé plusieurs de ses appareils. Elle avait défrayé la chronique au moment d'un plan de sauvegarde de l'emploi en 2012 en proposant à ses pilotes et hôtesses dont les postes étaient menacés de les reclasser dans cette filiale à condition qu'ils optent pour un statut et des salaires grecs.
Dans un communiqué publié ce dimanche soir, la compagnie précise qu'elle " s'est immédiatement mise au service des experts qui mènent l'enquête." tout en soulignant qu'aucun facteur ne permet aujourd'hui d'expliquer les causes de l'incident. La direction d'Air Méditerranée souligne par ailleurs que " ses procédures de maintenance avion et de formation des personnels navigants sont en totale  conformité avec les règles européennes de l'Aviation Civile".


Sur le même sujet

Les + Lus