• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le temps venu de se séparer

Juan Bautista / © Signes du Toro - France 3
Juan Bautista / © Signes du Toro - France 3

Les mois d'Octobre et Novembre sonnent le glas des alliances taurines. C'est le temps des liquidations financières, ou pas. Toreros et apoderados se quittent alors en "toute amitié" selon l'expression. Dernière séparation en date, celle de Juan Bautista et Marcos Sanchez Mejias.

Par Vincent Bourg

 
  C'est chaque année pareil. Autour de la Saint-Luc, vers le 18 octobre, quand passent les premiers vols de palombes, fusent les annonces de séparations entre les toreros et leurs fondés de pouvoir. Certaines pour cause de manque de contrats, ou désaccord financier au moment de la "liquidation", un mot terrible et angoissant en fin de temporada. D'autres se quittent car ils veulent changer d'air, donner un nouvel essor à leur carrière ou reçoivent tout simplement des propositions plus alléchantes. Les nuances ne manquent pas pour définir au mieux ces chassés-croisés de l'automne.
Quelques exemples, parmi d'autres:
Alejandro Talavante quitte les "Choperitas" et part avec Curro Vazquez. Restons dans la famille Vazquez où Antonio, le frère et son fils Fran, dirigeront désormais la carrière d'Alberto Aguilar qui s'est séparé de José-Antonio Campuzano. Le matador vétéran "Frascuelo" sera dirigé par Pascual Venegas, Fernando Adrian par Miguel Cubillo, David Galvan qui n'est plus avec les Ruiz Palomares, par José Antonio Ortega et le novillero Alejandro Marcos par Juan José. Il y a aussi ceux, tel Diego Urdiales se séparant de son mentor Santiago Lopez, qui n'ont pas encore officiellement scellé de nouvelle alliance.
L'ultime séparation, au bout de quatre ans de travail en commun, a été divulguée ce matin par nos confrères de Mundotoro:
Jean-Baptiste Jalabert "Juan Bautista" (32 paseos en 2013) et Marcos Sanchez Mejias, ne voyageront plus dans le même véhicule l'an prochain.
A très vite pour de nouvelles aventures et péripéties.
zoc.

Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus