Lionel Jospin prête serment au Conseil constitutionnel

Sur proposition de Claude Bartolone, l'ancien premier ministre et ancien conseiller général de Cintegabelle deviendra membre du Conseil constitutionnel ce mardi après avoir prêté serment.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

A 77 ans, l'ancien candidat à l'élection présidentielle, depuis en retrait de la vie politique, prêtera serment devant ses pairs. Cette cérémonie aura lieu à l'Elysée, à l'occasion des vœux du président de la République au Conseil constitutionnel, à partir de 18 heures. Son discours précédera donc celui de François Hollande.

Vidéo : le portrait de Lionel Jospin par Pierjean Frison

Biographie de lionel Jospin selon Wikipédia
Ancien élève de Sciences Po (IEP de Paris) et de l'ENA, il est diplomate et universitaire de profession. D'abord membre de l'Organisation communiste internationaliste, il rejoint le Parti socialiste en 1971. Spécialiste en économie, il occupe le poste de premier secrétaire du Parti socialiste au cours du premier septennat de François Mitterrand (1981-1988). Député de la vingt-septième circonscription de Paris puis de la Haute-Garonne, il est, de 1988 à 1992, ministre d'État, ministre de l'Éducation nationale, et numéro deux du gouvernement, au sein des gouvernements de Michel Rocard et d'Édith Cresson.

Élu candidat socialiste à l'élection présidentielle de 1995 lors de la primaire de son parti, il est battu au second tour par Jacques Chirac, puis redevient premier secrétaire du PS en octobre. La victoire de la gauche aux élections législatives françaises de 1997 lui permet de devenir Premier ministre, inaugurant ainsi la troisième cohabitation. À la tête de la « majorité plurielle », il contribue à la mise en place des 35 heures et des emplois-jeunes.

À nouveau candidat du PS lors de l'élection présidentielle de 2002, il est éliminé au premier tour, étant devancé par le président sortant Jacques Chirac et (d'un point seulement) par le candidat du Front national Jean-Marie Le Pen, et annonce dans la foulée son retrait de la vie politique. Il démissionne de ses fonctions de chef du gouvernement le 6 mai 2002, au lendemain du second tour du scrutin présidentiel. Son gouvernement est à ce jour le plus long de la Ve RépubliqueN 1.