• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

A qui votre député donne-t-il de l'argent ?

illustration / © Afp
illustration / © Afp

L'Assemblée Nationale a publié le détail des subventions distribuées par les députés aux collectivités locales ou aux associations, au titre de la réserve parlementaire 2014. L'enveloppe globale est de 80 millions d'euros. Dans la région, l'association montpellièraine "Le Refuge" a été bien lotie.

Par Sandrine Navas


130.000 euros en moyenne par député

Pour la deuxième année, l'Assemblée Nationale publie l'usage que chaque député fait de la réserve parlementaire, de 80 millions d'euros cette année. Par la réserve, les parlementaires soutiennent des investissements de proximité décidés par des collectivités locales et des activités menées par des associations. Un député a la possibilité de proposer l’attribution de subventions à hauteur de 130.000 euros en moyenne, la modulation de la répartition entre les députés relevant de chaque groupe politique. 

Les adeptes du saupoudrage

En Languedoc-Roussillon, deux stratégies se démarquent dans l'utilisation des fonds publics distribués par les députés. Certains donnent un peu à tout le monde.
Fernand Siré, député UMP des Pyrénées-Orientales, a réparti son enveloppe entre une cinquantaine de bénéficiaires qui reçoivent  pour la plupart 1.000 à 2.000 euros. Les plus grosses enveloppes vont à la commune de Sournia (10.000 euros) dans sa circonscription et à l'association "vivre ensemble en Salanque" (25.000 euros).
Dans l'Hérault, même tactique pour le député UMP de Béziers Elie Aboud. Il a choisi près de 80 bénéficiaires, en tête desquels des associations sportives comme l'ASB football, le Béziers tennis ou le Volley-Club destinataires chacun de 10.000 euros.
Record absolu pour Pierre Morel-à-l'Huissier UMP, unique député de Lozère, il est vrai. Près de 90 bénéficiaires, en tête desquels la commune de Fournels dont il est maire, à hauteur de 20.000 euros. Confirmant l'adage selon lequel, on est jamais mieux servi que par soi-même.

La promotion du tissu associatif

Les députés des villes ont majoritairement tendance à défendre le tissu associatif.
Dans l'Hérault, Patrick Vignal député PS de la 9ème circonscription a réparti son argent entre des associations à vocation sportive ou sociale parmi lesquelles Emmaüs (10.000 euros), ou la régie d'emplois et de service du Pays de Lunel (20.000 euros).
Il en va de même pour Anne-Yvonne Le Dain (PS, 2ème circonscription) qui ne soutient que des associations à vocation culturelle ou sociale de Montpellier, comme Justice pour le Petit-Bard (10.000 euros) ou le Planning Familial (10.000 euros).
Dans le Gard, Françoise Dumas députée PS (1ère circonscription Nîmes-Beaucaire) a octroyé 29.000 euros à la Maison des parents à Nîmes.

L'esprit de clocher

Certains députés, principalement élus des territoires ruraux, privilégient l'argent donné aux communes.
Jean-Paul Dupré, député PS de l'Aude, a utilisé toute son enveloppe pour aider 8 communes dont celle dont il est maire, Limoux, à hauteur de 35.000 euros et Castelnaudary pour 70.000 euros.
Kléber Mesquida, député PS de la 5ème circonscription de l'Hérault celle de Bédarieux et Saint-Pons, a réparti entre une dizaine de communes la somme de 110.000 euros.
William Dumas député PS de la 5ème cirsconscription du Gard celle d'Alès-Ouest qui couvre les Cévennes gardoises a aidé une quinzaine de communes dont celle de Lasalle à hauteur de 20.000 euros. 

L'association "Le Refuge" contre l'homophobie aidée par 15 députés

L’association "Le Refuge" de Montpellier, qui accompagne les jeunes homosexuels victimes d’homophobie, a été particulièrement choyée. Pas moins de 15 députés lui ont attribué une partie de leur enveloppe, dont le député UMP David Douillet pour 2.000 euros, le député PS de l'Hérault Christian Assaf pour 4.000 euros ou le groupe EELV pour 45.000 euros.

Cette liste n'est pas exhaustive. Consultez grâce à ce lien l'usage qui est fait de la réserve parlementaire par le député de votre circonscription.

Sur le même sujet

Carcassonne : le meurtre d'un SDF de 30 ans à La Palme en 2012 devant la cour d'assises

Les + Lus