Cet article date de plus de 8 ans

6e jour de grève au centre Call Expert de Saint-Christol-lès-Alès

La colère d'une partie des 105 salariés de Call expert, un centre d'appel basé à Saint-Christol dans le Gard. Après 6 jours de grève et de conflit avec la direction, la CGT réclame toujours des garanties sur l'emploi. Les salariés redoutent, à terme, la fermeture du site.

Après avoir appris que 2 contrats de clients ne seront pas renouvelés, les salariés gardois redoutent des licenciements, voire la fermeture du site.
Ce lundi, la direction a rencontré ses principaux clients pour essayer de garder leur confiance jusqu'à la fin de l'année et éviter que l'entreprise ne mette la clé sous la porte pour non service rendu, à cause de la grève.



6e jour de grève

Au 6e jour de blocage, le plateau de Call Expert reste désespérément vide, bien loin de la ruche bourdonnante d'un centre d'appel.
Quant aux salariés qui viennent prendre leur service, ils sont complètement désorientés.

Seuls parmi d'autres, Valentin est victime du différent qui oppose le syndicat CGT et une partie de la centaine de salariés à la direction de Call Expert. Il ne comprend pas pourquoi il n'a plus accès à son ordinateur.
Désabusés par une grève qu'ils refusent, d'autres salariés doutent qu'il reste encore quelque chose à négocier.

Les clients de Call Expert seraient en droit de résilier leur contrat, sans préavis, pour interruption des prestations, signant du même coup l'arrêt de mort du centre d'appel.

Sur place, l'occupation des locaux se poursuit.
Les négociations entre Call Expert et ses clients pourraient sceller le sort du site dans les prochaines heures.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève entreprises social emploi économie