VIDÉO. Manifestations anti-Macron à Montpellier, Perpignan et Nîmes

Manifestation contre la politique d'Emmanuel Macron à Montpellier - 26 mai 2018 / © Nicolas Chatail / F3 LR
Manifestation contre la politique d'Emmanuel Macron à Montpellier - 26 mai 2018 / © Nicolas Chatail / F3 LR

Des manifestations sont parties, ce samedi vers 11h00, de Montpellier, Perpignan ou encore de Nîmes à l'appel d'une soixantaine de syndicats, partis politiques et associations, pour protester contre la politique d'Emmanuel Macron. Des "marées populaires" sont espérées dans toute la France.

Par Zakaria Soullami avec AFP

Les anti-Macron manifestent, ce samedi, à Montpellier, Perpignan, Nîmes et dans toute la France.

La "marée populaire" anti-Macron est partie à Montpellier
Des "marées populaires" avec plusieurs milliers de personnes sont attendues, ce samedi à Montpellier ou à Paris, à l'appel d'une soixantaine de syndicats, partis politiques et associations, pour protester contre la politique d'Emmanuel Macron, qui répond par avance que "ça ne l'arrêtera pas". - F3 LR - Pascaline Arisa et Laura-Laure Galy

"Marée populaire" anti-Macron à Montpellier


A Montpellier, un rassemblement a débuté place du Peyrou peu après 11h00 contre la politique du gouvernement. Des étudiants sont partis en tête de la manifestation, dont certains sont habillés en noir. "Ni sélection, ni répression, abrogation !", pouvait-on notamment lire sur l'une des banderoles. Entre 2.000 et 4.000 personnes, selon la police ou les organisateurs, se sont réunies à Montpellier. Elles appellent à "sortir des traités européens" et réclament "l'égalité, la justice sociale et la solidarité".


Manifestation en musique à Montpellier

"Contre la politique antisociale du gouvernement"


"Je viens manifester contre la politique antisociale du gouvernement", explique Marie, 62 ans, professeure à la retraite qui défile à Montpellier. "Mais on a du mal à y croire, on sent une grande résignation dans la population, ce qui peut se traduire de façon malfaisante sur les bulletins de vote dans quelques temps. La protestation ne va pas dans le bon sens, elle n'est pas assez dans la rue,", regrette-t-elle. "Trop peu de gens croient en cette manière de se faire entendre".


"Super fête à Macron"
 

Cette "super fête à Macron", dixit Jean-Luc Mélenchon qui attend une mobilisation "massive", est organisée à l'initiative d'Attac (Association pour la taxation des transactions financière et pour l'action citoyenne) et la fondation Copernic, avec la gauche de la gauche (La France insoumise mais aussi PCF, EELV, Générations, NPA ...) ainsi que des syndicats (CGT, Solidaires, Syndicat de la magistrature, Sud PTT, Unef...) et des associations (Les Amis de la terre, Mouvement de la paix, La santé n'est pas une marchandise...).

Environ 3500 personnes manifestent à Perpignan selon nos journalistes sur place.

Manifestation contre la politique d'Emmanuel Macron à Perpignan - 26 mai 2018 / © Alain Sabatier / F3 LR
Manifestation contre la politique d'Emmanuel Macron à Perpignan - 26 mai 2018 / © Alain Sabatier / F3 LR

 

Une "marée populaire" à Nîmes aussi

 

Des manifestations organisées dans plusieurs villes du Languedoc-Roussillon.


Un nouveau Mai-68 ?


Lutte ouvrière appelle également à manifester, mais n'a pas signé l'appel unitaire. Nathalie Arthaud plaide pour "un nouveau Mai-68" contre la politique de l'exécutif, et ne fait pas confiance au leader Insoumis.  Des défilés ont lieu un peu partout en France, notamment à Montpellier ou à Marseille avec Jean-Luc Mélenchon pour qui "Macron est en train de se construire comme chef de la droite, c'est un mélange très intime de Sarkozy et de Giscard".

Manifestation contre la politique d'Emmanuel Macron à Montpellier - 26 mai 2018 / © Pascaline Arisa / F3 LR
Manifestation contre la politique d'Emmanuel Macron à Montpellier - 26 mai 2018 / © Pascaline Arisa / F3 LR

"Il est déterminé, Macron, mais on est déterminés aussi"


"Il est déterminé, Macron, mais on est déterminés aussi", assure le porte-parole du NPA Olivier Besancenot, pour qui "une victoire serait par exemple d'obtenir le retrait de Parcoursup, une bombe à retardement" ou de la réforme de la SNCF.


Des "marées populaires" attendues


A Paris, la manifestation, sans cortège de tête peut-être pour éviter de heurter les susceptibilités, partira en début d'après-midi de la Gare de l'Est direction Bastille, en passant par République. Comme pour la "fête à Macron" du 5 mai, un char ouvrira la manifestation, suivi d'un cortège "citoyen", puis de syndicats, associations et finalement partis politiques.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus