Cet article date de plus de 4 ans

Glyphosate : en Ariège, 10 faucheurs volontaires convoqués à la gendarmerie

"Dégradation ou détérioration du bien d'autrui", c'est ce qui est reproché à 10 faucheurs volontaires ariègeois.
En septembre dernier, dans deux jardineries, ils avaient recouvert de peinture plusieurs dizaines de bidons d'herbicide contenant du glyphosate dénoncant un scandale sanitaire. 
Les faucheurs volontaires, le 27 septembre 2016.
Les faucheurs volontaires, le 27 septembre 2016. © FTV
Dix faucheurs volontaires ont été convoqués ce matin en audition libre dans les gendarmeries de Foix, Pamiers, La Bastide de Sérou, Mirepoix et Lavelanet.
Ils sont accusés de "dégradation ou détérioration du bien d'autrui commis en réunion".
Plusieurs militants du collectif sont venus les soutenir comme on peut le voir dans ce reportage de Laurent Winsback et Pascal Dussol à Pamiers :
durée de la vidéo: 01 min 36
Devant la gendarmerie de Pamiers

Plusieurs actions

Le 27 septembre dernier, dans deux jardineries de l'agglomeration de Pamiers, ils avaient repeint plusieurs dizaines de bidons d'herbicide contenant du glyphosate, les rendant impropres à la vente.

Un scandale sanitaire

Les faucheurs voulaient dénoncer les cultures OGM et l'emploi du glyphosate présent notamment dans le Roundup utilisé par Monsanto.
Le glyphosate est soupçonné d'être un perturbateur endocrinien ayant des conséquences sur la croissance et la fertilité.

Déjà en mars 2016, des faucheurs volontaires avaient mené une action similaire dans le Lot, comme on peut le voir dans ce reportage d'Amélie Poisson :
durée de la vidéo: 01 min 44
Une action des faucheurs volontaires dans le Lot en mars 2016


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société environnement pollution