• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Au total, 300 migrants sont arrivés en Occitanie après le démantelement de la “jungle” de Calais

Les migrants accueillis lors de leur arrivée à Toulouse / © Maxppp
Les migrants accueillis lors de leur arrivée à Toulouse / © Maxppp

Selon un communiqué de la Préfecture de Région qui a harmonisé les derniers chiffres, 300 migrants sont arrivés en Occitanie. L'objectif : les mettre à l'abri.

Par Michel Pech

Depuis le 26 octobre, plusieurs bus venant de Calais avaient rejoint la région Occitanie, au total, 300 migrants sont arrivés en Occitanie.
Les migrants ont été répartis comme suit :
  • Aude : 37 personnes ;
  • Hérault : 94 personnes ;
  • Tarn et du Tarn-et-Garonne : 39 personnes ;
  • Haute-Garonne : 87 personnes (Un bus supplémentaire vient juste d’arriver à Toulouse, en Haute-Garonne, avec à son bord 44 personnes).
Accueillir ces personnes fuyant les guerres et les persécutions, c'est avant toutrépondre à un objectif humanitaire, celui de leur mise à l’abri
Cette mise à l'abri sera temporaire. Elle doit permettre aux acteurs associatifs d'aider les migrants à constituer, le cas échéant, un dossier de demande
d'asile. Il sera procédé ensuite à leur réorientation dans le dispositif d'hébergement déjà existant, dédié aux demandes d'asile (Centres d'accueil
de demandeurs d'asile - CADA).
Selon le communiqué, "Accueillir ces personnes qui se trouvaient en situation de grande précarité à Calais relève de la solidarité nationale. Comme d'autres territoires, notre région doit répondre à cet impératif.

Un effort particulier de la Haute-Garonne
Depuis le 26 octobre 2016, 131 migrants ont été accueillis en Haute-Garonne dans 4 centres d'accueil et d'orientation (CAO) répartis dans deux communes
du département (Toulouse et Bagnères-de-Luchon).
Ces CAO sont gérés par les associations la Croix Rouge, l'ANRAS, et ADOMA (qui gère 2 CAO) partenaires de l’Etat qui en assure 100% du financement.
Outre un accompagnement administratif, elles proposeront à ces personnes un soutien sanitaire et social.

Sur le même sujet

Montpellier Danse : où va la danse contemporaine aujourd'hui ?

Les + Lus