• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Aude : après les inondations, 204 communes sinistrées pourront bénéficier de la procédure “calamités agricoles”

Un verger à Caunes dans le Minervois, après les inondations. / le 25 octobre 2018. / © Photo L'Indépendant / Claude Boyer
Un verger à Caunes dans le Minervois, après les inondations. / le 25 octobre 2018. / © Photo L'Indépendant / Claude Boyer

Les inondations du 15 octobre ont provoqué d'importants dégâts aux fonds agricoles (sols, fossés, vignes, arbres fruitiers...) ainsi qu'aux récoltes. Un arrête ministériel reconnaît désormais 204 communes comme étant sinistrées et indemnisables.

Par Olivia Boisson


Plus de deux mois après les inondations, certains agriculteurs de l'Aude pourront se valoir de la procédure "calamités agricoles", pris par arrêté ministériel le 21 décembre.
 


Un délai de 30 jours après publication de l'arrêté en mairie


Cet arrêté, diffusé aux maires des communes concernées, permettra aux exploitants sinistrés qui n'ont pas encore déposé leur dossier d'indemnisation auprès de la DDTM de le faire dans les 30 jours suivant la publication en mairie.
 

204 communes concernées


204 communes sont inscrites dans l'arrêté. Parmi elles : 

 
Liste des 2014 communes concernées par la procédure "calamités agricoles". / © Préfecture de l'Aude
Liste des 2014 communes concernées par la procédure "calamités agricoles". / © Préfecture de l'Aude



Dossier d'indemnisation


"L’arrêté ministériel de reconnaissance pris le 21 décembre 2018 permet à la DDTM d’instruire les dossiers. L’indemnisation pourra donc débuter en janvier 2019."


Le dossier d’indemnisation "pertes de fonds et/ou pertes de récolte" est disponible et sera à renvoyer en DDTM, si possible, avant le 31 décembre 2018.

Il doit comporter :


Perte de récoltes


Les récoltes concernent les pertes de fruits (pommes), le maraîchage (betteraves, bettes, carottes, céleri, choux, courges, épinards, haricots secs, mâche, navet, poireaux, salades...), certains types de fleurs (dont les pensées et les vivaces), l'apiculture, la pisciculture. 

Ainsi que les cultures dites pérennes, le matériel technique professionnel, les ruches, et cheptel vif (bovins, caprins, gallinacés, porcins, ovins...).


 


 

Sur le même sujet

"Si une cathédrale brûle, elle est appelée à être rebâtie"

Les + Lus