Aude : Tahassi et Tiwanga sont devenues les ambassadrices d’une espèce menacée à la Réserve de Sigean

Pendant le confinement, deux lionnes d’Afrique de l’Ouest ont vu le jour à la Réserve africaine de Sigean, dans l’Aude. Âgées de six mois, Tahassi et Tiwanga représentent désormais leur espèce, toujours menacée.

Tahassi et Tiwanga sont deux petites lionnes nées le 30 novembre 2020 au cœur de la Réserve africaine de Sigean, dans l'Aude.
Tahassi et Tiwanga sont deux petites lionnes nées le 30 novembre 2020 au cœur de la Réserve africaine de Sigean, dans l'Aude. © Réserve africaine de Sigean.

Elles s’appellent Tahassi et Tiwanga et sont nées le 30 novembre 2020. Ces deux adorables lionnes, que l’on aurait bien envie de caresser, ont vu le jour au cœur de la Réserve africaine de Sigean, dans l’Aude.

Le Parc animalier a annoncé cette "grande nouvelle" dans un communiqué tout en expliquant l’importance de ces naissances pour l’espèce.

Une espèce menacée

En effet, Tahassi et Tiwanga sont considérées comme étant les "ambassadrices" d’une espèce menacée. La Réserve africaine de Sigean précise :

La population de lions sauvages a diminué de 30% à 50% ces 25 dernières années.

De plus, les lions sauvages "ont disparu de 80% de leur territoire historique".

Les menaces qui pèsent sur cette espèce sont nombreuses : la perte d’habitat, la chasse aux trophées ou encore le braconnage mais l’espèce est également touchée par les conflits homme/animal et la baisse de diversité génétique.

A partir du 19 mai, les visiteurs feront la rencontre de Tahassi et Tiwanga, deux petites lionnes âgées de 6 mois.
A partir du 19 mai, les visiteurs feront la rencontre de Tahassi et Tiwanga, deux petites lionnes âgées de 6 mois. © Réserve Africaine de Sigean.

Rencontre à partir du 19 mai

Tahassi et Tiwanga feront connaissance avec les visiteurs à partir du 19 mai, jour de réouverture du parc. Sachez que pour accéder à la Réserve africaine de Sigean et découvrir les 160 espèces qui la composent, la réservation en ligne est obligatoire, tout comme le port du masque, sur place.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature confinement santé société covid-19 jeunesse famille zoo déconfinement