A Carcassonne, l’affiche controversée pour adopter une poule est retirée

Adopter un animal pour la bonne cause, la proposition est toujours bien accueillie dans l’opinion générale. Mais à Carcassonne, une campagne pour l’adoption de poules vient de créer la polémique. L’affiche dénoncée pour son sexisme va être retirée.
 

L'affiche pour l'adoption d'une poule à l'origine de la polémique
L'affiche pour l'adoption d'une poule à l'origine de la polémique © Covaldem 11
Terminée, la poule à talons hauts ! L'affiche va être retirée ce jeudi 19 novembre, moins d’une semaine après sa publication.
Cette affiche est à l'origine d'une polémique qui a enflé ces jours derniers à Carcassonne. Le projet partait pourtant d'une bonne idée du Covaldem, qui s'occupe de la collecte et de la valorisation des déchets dans l'Aude. L'idée, c'est une campagne d'adoption de poules afin de réduire les déchets ménagers s'appuyant sur une affiche représentant une poule avec des jambes de femme.

Les réseaux sociaux s'enflamment

Depuis deux jours, les réseaux sociaux s'enflamment pour la dénoncer ! Des élus locaux de l'opposition se disent révoltés, comme le conseiller municipal Xavier Bigot qui réclame le retrait de cette « communication sexiste et dégradante". Le collectif audois des droits de la femme a lancé une pétition contre une affiche inadmissible !

Volte-face

Dans un premier temps, le Covaldem a fait l'autruche, se défendant de tout sexisme. Ce jeudi, la collectivité fait volte-face, sous la pression, et décide de retirer l'affiche. "Une maladresse" selon le service communication du Covaldem.
 

Une maladresse

Covaldem

Sa campagne d'adoption a reçu plus de 50 candidatures pour adopter une poule depuis vendredi dernier. Mais cette campagne va également être suspendue, suite à un courrier reçu ce matin et indiquant que le département de l'Aude est déclaré en zone de risque élevé à la grippe aviaire. En résumé, on efface tout et on tourne la page.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société animaux nature déchets ménagers environnement politique