Carcassonne : une fille de onze ans se blesse avec une seringue dans un squat

Dans ce squat, il y a de nombreux détritus dont des seringues - 15 novembre 2017 / © France 3 LR / Frédéric Guibal
Dans ce squat, il y a de nombreux détritus dont des seringues - 15 novembre 2017 / © France 3 LR / Frédéric Guibal

Une fillette âgée de onze ans s’est blessée ce samedi avec une seringue dans un squat de Carcassonne. Les parents de la fillette sont en colère mais surtout inquiets face à un éventuel problème de santé de leur fille. Son père témoigne.

Par Joane Mériot

C’est dans un squat du centre-ville de Carcassonne, près du square Gambetta, dans l’Aude qu’a eu lieu l’incident. Samedi, une jeune fille âgée de 11 ans joue dans ce squat abandonné avec une de ses copines. Elle marche sur une seringue et se fait piquer à la cheville. Le soir même au moment de prendre sa douche, elle en avertit sa maman : 

Nous avons cherché à savoir quelle seringue et dans quel contexte, elle nous a expliqué que là où elle jouait avec sa copine il y avait un endroit sous-terrain, le squat, où il y avait beaucoup de détritus dont des seringues.


Les parents emmènent immédiatement leur fille à l'hôpital de Carcassonne où les médecins se montrent rassurants. Pour eux, le risque de contamination de l’enfant est minime. Dans le doute, le papa et la maman assurent qu'ils procèderont à des prises de sang régulières pour s'assurer de la bonne santé de leur enfant. Les parents s'étonnent du peu de réactions suscitées par cette histoire.

Le reportage d'Alexandre Grellier et Frédéric Guibal 

Carcassonne : une fille de onze ans se blesse avec une seringue dans un squat
Une fillette âgée de onze ans s’est blessée ce samedi avec une seringue dans un squat de Carcassonne. Les parents de la fillette sont en colère mais surtout inquiets face à un éventuel problème de santé de leur fille. Son père témoigne. - France 3 LR - Alexandre Grellier et Frédéric Guibal


Il est difficile pour l’instant de déterminer les responsabilités dans cette histoire, l’espace est une co-propriété. Les parents n'ont, pour l’instant, pas porté plainte mais ne s'interdisent pas de le faire en cas de problème de santé de leur fille.

Sur le même sujet

A Toulouse, votre sapin de noël livré à vélo

Près de chez vous

Les + Lus