VIDÉOS. "Même sa famille a peur des représailles" : un élu passé à tabac toujours sous le choc 10 jours après son agression

Le 20 mai dernier, un conseiller municipal de la commune de Cavanac, dans l'Aude, était violemment passé à tabac par trois personnes en train de commettre une infraction. Il n'est toujours pas en mesure de s'exprimer, car sous le choc. Son avocat l'a fait pour lui.

Lundi 20 mai dernier, un élu de la commune de Cavanac (Aude) était violemment agressé, alors qu'il empêchait trois personnes de déposer et brûler des déchets dans la nature. Le conseiller municipal avait été passé à tabac par trois ouvriers, et avait fini le visage en sang, l'œil noir et l’arête nasale fissurée.

durée de la vidéo : 00h00mn07s
L'avocat de la victime Olivier Trilles a tenu à rappeler la violence de l'agression ©FTV

L'élu s'était vu prescrire trois jours d'ITT (Incapacité totale de travail) et avait déposé plainte.

Toujours incapable d'en parler

Selon son avocat, Olivier Trilles, la victime est toujours en état de choc, 10 jours après les faits. Il n'a pas souhaité répondre aux questions de France 3 Occitanie, mais son avocat l'a fait pour lui. Il confie à notre micro que sa famille est inquiète des représailles, et est autant choquée que l'élu.

durée de la vidéo : 00h00mn15s
L'élu municipal est encore sous le choc, et craint des représailles ©FTV

Hausse des incivilités

Le dépôt sauvage des déchets, à l'origine de l'agression, est une problématique grandissante dans la commune. Les déchets sont surtout concernés. "Les entreprises doivent payer pour aller en déchetterie. Évidemment, pour éviter cela, elles préfèrent les jeter n'importe où. Cela est de plus en plus fréquent dans nos communes" , dénonce Patrick Schmith, maire sans étiquette de Cavanac.

Les trois mis en cause encourent trois ans d'emprisonnement, et 45 000 euros d'amende.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité