Les élevages de palmipèdes de l'Aude devront observer un "vide sanitaire"

L'épidémie de grippe aviaire va contraindre les élevages avicoles à un grand nettoyage. On appelle ça un vide sanitaire. Depuis lundi, il est interdit d'installer de nouveaux canetons dans les exploitations avant une décontamination préventive. 18 départements sont concernés en France, dont l'Aude.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

L'interdiction d'installer et d'élever de nouveaux canetons, dans l'Aude, est en vigueur depuis le 18 janvier. Cette mesure sanitaire préventive est mise en place par les services de l'Etat pour tenter d'éradiquer la grippe aviaire. Elle touche de nombreux élevages de canards et d'oies, dans le Sud-Ouest.

L'Aude doit donc se soumettre à un "vide sanitaire", même si aucun cas de grippe aviaire n'y a été détecté, à ce jour.

Pour les éleveurs et les abattoirs, c'est un coup dur financier. Du chômage technique pourrait toucher ces professions, dès le printemps.
Et si l'activité ne redémarre pas en juin, il y aura péril pour les ventes des fêtes de fin d'année qui représentent une manne très importante pour beaucoup d'exploitations familiales.

Reportage F3 LR : S.Ratinaud et B.de Tugny ©F3 LR

La filière palmipède sera accompagnée par l'Etat pendant le vide sanitaire

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a assuré mardi que les éleveurs de palmipèdes du Sud-Ouest, ainsi que les abatteurs seront accompagnés par l'Etat pour traverser la période de "vide sanitaire" qu'il a imposé pour éradiquer la grippe aviaire.
Pour endiguer l'épizootie qui touche huit départements du sud-ouest, les élevages d'oie et de canards de 18 départements de la zone vont devoir geler leur production pendant plusieurs mois - une première en France - pour permettre l'éradication
du virus par ce "vide sanitaire".

"Bien sûr qu'il y aura des aides aux producteurs et aux abatteurs. L'Europe a indiqué qu'elle aiderait aussi le gouvernement pour réussir à éradiquer ce virus", a assuré le ministre lors des questions au gouvernement.

L'Etat sera là pour accompagner l'ensemble des producteurs, de la même manière que les secteurs économiques en ayant prévu avec (la ministre du travail, ndlr) Myriam El Khomri de pouvoir solliciter le chômage partiel d'un certain nombre d'abattoirs qui vont devoir arrêter leur activité", a-t-il poursuivi.

Le ministre a cependant ajouté que "chacun devra aussi assurer la part de responsabilité qui lui incombe surtout quand on est dans les grandes productions et les grands abattoirs".
M. Le Foll rencontrera "les professionnels la semaine prochaine pour caler avec eux les dispositions qui seront mises en oeuvre".

Par ailleurs, le ministre a tenu à affirmer le soutien du gouvernement aux producteurs de foie gras alors qu'une conférence de presse est prévue mardi à l'Assemblée, en présence de l'actrice Pamela Anderson, pour dénoncer le gavage des canards et des oies.

"Au moment où il y a un certain nombre de débats qui s'organisent à l'Assemblée sur la question du gavage, le gouvernement est aujourd'hui aux côtés de l'ensemble de cette filière avicole" et en particulier "de tous les producteurs de foie gras de France et de Navarre", a-t-il clamé.