• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Narbonne : ce que l'on sait du sexagénaire battu à mort par des jeunes

Les faits se sont déroulés près du commissariat de Narbonne. / © CHRISTOPHE BARREAU / MAX PPP
Les faits se sont déroulés près du commissariat de Narbonne. / © CHRISTOPHE BARREAU / MAX PPP

Deux jeunes gens de 20 ans doivent être mis en examen pour violences volontaires après avoir massacré un retraité qui a eu la malchance de se trouver sur leur chemin.

Par Josette Sanna

Sur les quatre jeunes gens interpellés hier pour avoir battu à mort un sexagénaire dans le centre-ville de Narbonne, deux doivent être mis en examen pour vol avec violences ayant entraîné la mort.
Deux jeunes Audois de 20 ans ont massacré à coups de pied et de poing, un sexagénaire croisé au sortir d'une boîte de nuit.

Massacré sans raison

Il est 5h50, ce dimanche 26 mai, les deux jeunes sortent de la dicothèque le Botofago à Narbonne. Ils sont ivres. Sur le chemin, dans le centre-ville derrière le commissariat central, ils croisent la route d'un retraité. Sans aucune raison, ils le jettent à terre et le rouent de coups.

Un déchaînement de violence bref mais paroxystique

Il s'agit d'un déchaînement de violence bref mais paroxystique", indique-t-on du côté du Procureur de Narbonne.
D'après le constat du médecin légiste, la victime, crâne fraturé, nez écrasé, a rapidement succombé à ses blessures.

Rapidement interpellés

Alertés par les cris, les auteurs présumés sont rapidement interpellés par un équipage de policiers de la BAC et une équipe de Police secours qui patrouillaient à proximité. L'un des deux agresseurs avait déjà été condamné pour des petits délits lorsqu'il était mineur, l'autre était inconnu des services de police.

Faits reconnus

Les jeunes gens auraient reconnu les faits.  A l'issue de leur garde à vue, ils vont être présentés au parquet de Narbonne dans la soirée.

Ils doivent être mis en examen pour vol précédé ou suivi de violences ayant entraîné la mort.

Le Parquet de Narbonne va demander leur placement sous mandat de dépôt.

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier : la colère des résidents du centre social Bonnard après une descente de police musclée

Les + Lus