Narbonne : il apprend l'homosexualité de sa fille, la menace de mort et écope d’un an de prison

Un père de famille a parcouru près de 800 kilomètres pour retrouver sa fille à Narbonne, dans l'Aude et la menacer de mort alors qu'elle venait de lui annoncer son homosexualité. Selon nos confrères de l'indépendant, l'homme aurait écopé d'un an de prison ferme.

Palais de justice Narbonne dans l'Aude.
Palais de justice Narbonne dans l'Aude. © C.Alazet/france3LR

800 kilomètres pour menacer de mort sa fille

Ce vendredi 16 octobre, un père de famille, âgé de 52 ans, originaire de Strasbourg traverse la France et parcourt plus de 800 kilomètres en une nuit pour se rendre à Narbonne où étudie sa fille pour la menacer de mort.
La jeune fille, vient d’annoncer à ses proches par téléphone qu’elle s’est mise en couple avec une personne du même sexe. Au téléphone déjà, son père la menace de mort, menaces qu’il réitère lorsqu’il retrouve sa fille aux abords de la faculté de Narbonne.

Les propos rapportés aurait été d'une extrême violence : "Est-ce que je dois vous trancher la gorge pour que vous compreniez ?", "Si je dois vous égorger, je le ferai" rapporte nos confrères de l'indépendant.

Pris de peur devant ce déferlement de haine, la jeune femme se réfugie à l’intérieur de la faculté. Le père essaye de la suivre mais se voit interdire l’accès par la direction de l’établissement.

Un an de prison


Tout de suite, la police est alertée, elle se rend sur place. Le père est alors interpellé et placé en garde à vue. Il reconnaît les faits, mais les minimise.

Ce lundi, l’homme a été jugé par le tribunal correctionnel de Narbonne en comparution immédiate, il a été condamné à une peine de 24 mois de prison, dont la moitié assortie du sursis probatoire pour une durée de deux ans.
Il a également l'interdiction de rentrer en contact avec les victimes. Le père de famille sera convoqué ultérieurement pour l'amenagement de la partie ferme de sa peine.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité justice homophobie