«Ô la belle vie» fait sa rentrée dans les Corbières, en Pays Cathare

"Ô la belle vie" s’installe dans les Corbières dans l'Aude, sur les vestiges de forteresses médiévales spectaculaires : les châteaux du Pays Cathare. Sophie Jovillard part à la rencontre de celles et ceux qui consacrent leurs vies à ces lieux exceptionnels, qui renferment encore, bien des mystères.
Sophie Jovillard, présentatrice de l'émission "Ô la belle vie", entourée de David Maso, à la tête d'une entreprise de rénovation des châteaux du Pays Cathare et de Béatrice Fabre, investie dans l'écotourisme.
Sophie Jovillard, présentatrice de l'émission "Ô la belle vie", entourée de David Maso, à la tête d'une entreprise de rénovation des châteaux du Pays Cathare et de Béatrice Fabre, investie dans l'écotourisme. © Franck Flies

revoir l'émission

"Ô la belle vie" en Pays Cathare

Le Pays Cathare dans les Corbières, est une région de moyenne montagne qui nous offre une nature préservée et un lieu, riche d’histoire. Car c’est ici, sur les crêtes rocheuses, que s’érigent les célèbres châteaux médiévaux dits « Cathares ». Sophie nous emmène à la rencontre de celles et ceux, qui se sont adaptés à la rudesse de ce terroir pour préserver un patrimoine exceptionnel et vivre une vie au grand air. Comme Fanny Wlodaz, une bergère reconvertie qui a troqué son travail de bureau pour se consacrer à ses brebis et aux garrigues audoises. Ou encore Béatrice Fabre, sportive reconvertie dans le slow-tourisme et qui se démène pour faire découvrir la beauté des lieux aux touristes.

Sophie Jovillard sur les terres des Corbières avec Fanny Wlodaz, bergère passionnée qui participe à la renaissance du pastoralisme dans ce coin de l'Aude et David Maso, chef d'entreprise qui oeuvre à la restauration des châteaux du Pays Cathare.
Sophie Jovillard sur les terres des Corbières avec Fanny Wlodaz, bergère passionnée qui participe à la renaissance du pastoralisme dans ce coin de l'Aude et David Maso, chef d'entreprise qui oeuvre à la restauration des châteaux du Pays Cathare. © Franck Flies

Le catharisme : un peu d’histoire

L’esprit de tolérance est un terreau favorable à l’expansion de toute religion ou philosophie de vie. Ce fut le cas en Occitanie au XIIème siècle. Une parenthèse courte, mais pacifiste et un climat socio culturel adapté, a permis au catharisme de s’implanter dans la région du futur « Pays d’Oc ».

Même si le mouvement cathare est déjà répandu en Europe depuis l’an Mil, il s’agit d’une religion nouvelle qui prône une certaine forme d’authenticité. Comme l’explique David Maso à Sophie « Ce sont des gens qui ont laissé une pensée, une histoire, une façon de voir la vie, une façon de voir la religion, le monde et une existence ».

Une doctrine chrétienne qui s’oppose à l’Eglise de Rome et qui touche toutes les strates de la société. D’abord les notables et la noblesse, pour devenir ensuite très populaire et commencer à déranger le pouvoir en place, de l’Eglise, jusqu’au royaume de France. Les adeptes du catharisme se fondent dans la société médiévale occitane, qui compte juste avant l’inquisition, jusqu’à 30 à 50% de croyants parmi la population globale.

Les Cathares, appelés "les parfaits", ou "parfaites" - puisque les femmes pouvaient être associées au mouvement, au même titre que les hommes - "les bons hommes", "bonnes femmes" ou encore les croyants, selon leur degré initiatique, sont acceptés, avant d'être tolérés ou ignorés. Puis, qualifiés d’hérétiques, ils seront persécutés et anéantis par le feu par ces mêmes représentants de l’Eglise catholique, soutenue par le royaume de France, lors de la croisade des albigeois, dès 1209.

Les châteaux du Pays Cathare 

Témoins d’une histoire mouvementée et spectateurs de la folie des hommes, les châteaux du Pays Cathare ont défié le temps : par exemple, Aguilar, Quéribus, Peyrepertuse, pour ne citer qu’elles, sont de véritables forteresses qui ont traversé les siècles.

Aujourd’hui, elles s’imposent toujours dans le paysage, même s’il n’en reste plus parfois, que quelques vestiges.

Olivier Pérals, chef de chantier de rénovation du château d'Aguilar, avec Sophie Jovillard et David Maso, devant les vestiges de la forteresse d'Aguilar.
Olivier Pérals, chef de chantier de rénovation du château d'Aguilar, avec Sophie Jovillard et David Maso, devant les vestiges de la forteresse d'Aguilar. © Franck Flies

Les premières traces de l'existence des chateaux des Corbières, sont relevées autour de l’an Mil. Devenus dans la période féodale, châteaux-villages pour les uns, ou plus tardivement, véritables forteresses militaires pour les autres, certains d’entre eux servent de refuge aux populations cathares pendant l’inquisition et la période de clandestinité. Tandis qu’au milieu du XIIIème siècle, le royaume de France qui cherche à étendre son territoire, annexe plusieurs de ces châteaux (les plus stratégiques) pour asseoir son pouvoir et en finir avec la féodalité. Les châteaux-forts des Corbières deviennent une puissante ligne de défense contre le royaume d’Aragon, jusqu’à 1659, date du traité des Pyrénées, qui repoussera la frontière, jusqu’aux Pyrénées.

Les défenseurs et amoureux des lieux

Aujourd'hui, dans le pays, de nombreux passionnés consacrent leur temps et même leur vie, à ces sentinelles de pierre.

David Maso, dirige actuellement un chantier de restauration sur le château d’Aguilar, situé dans la commune de Tuchan. Surnommé « Le rocher aux aigles », Aguilar compte parmi les sept châteaux, à l’architecture monumentale, qui sont aujourd’hui susceptibles de rejoindre le patrimoine mondial de l’Unesco, avec Quéribus, Montségur, Puilaurens, Lastours, Termes, Peyrepertuse et la cité de Carcassonne. Une candidature commune, réalisée sous le nom des « Citadelles du vertige » : "Obtenir le label est un parcours du combattant. Ce que nous souhaitons faire valoir, c’est la valeur universelle de cet ensemble de sites de fortifications, construit par les mêmes hommes et qui emmène dans le pays une architecture nouvelle" précise David à Sophie.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Citadelles du Vertige (@citadellesduvertige)

Olivier Pérals, est chef d’équipe sur le chantier. Il s’occupe de la stabilisation des ruines et de la restauration du château « Nous réalisons des enduits à l’ancienne, en reproduisant les gestes du Moyen-Âge » raconte-t-il à Sophie « L’idée n’est pas de reconstruire, mais de conserver pour transmettre ».

Depuis Quéribus, au-dessus du village de Cucugnan, Sophie admire l’accumulation et l’élégance de l’architecture, le château ayant été restauré au fil des siècles. David raconte à Sophie « s’il n’y avait pas eu d’interventions, aujourd'hui, les châteaux seraient par terre. Ils sont très exposés à la foudre et font face au vent marin. Le jour où l’on arrête de les entretenir, ces forteresses disparaitront. ».

Dès la nuit tombée, un autre amoureux des lieux, Philippe Contal, trouve son bonheur au château de Peyrepertuse. « La petite sœur de Carcassonne » avec ses deux kilomètres de remparts, domine le village de Druilhac et inspire notre photographe.

Ici le temps s’est arrêté. Je trouve cela extrêmement apaisant et propice à la réflexion.

Philippe Contal, photographe

Philippe installe son objectif dans l'attente d'une lumière propice, sans trop de contraste, pour pouvoir éclairer le château et lui donner la dimension rêvée.

Poétique ou dramatique, la véritable histoire des châteaux du Pays Cathare interroge encore. Ce qui est sûr, c’est que se dégage de ces lieux légendaires, une ambiance particulière, à la fois fascinante et émouvante. Des châteaux qui continueront peut-être à nourrir un mythe, mais qui resteront à tout jamais, le symbole d’une résistance à toute épreuve.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par #TerresCathares (@terrescathares)

Ô la belle vie": les sentinelles du vertiges
Emission présentée par Sophie Jovillard. Réalisé par Laurent Desvaux. Une coproduction France 3 Occitanie/Grand Angle Productions.

Diffusion le dimanche 12 septembre 2021, à 12h55

Recevoir France 3 Occitanie

Sur la TNT : chaîne 3

Réception via l’ADSL d'Orange, SFR, Free, Bouygues Télécom, Numéricable et Darty

Votre installation vous permet de recevoir les 24 antennes régionales de France 3, en simultané, au choix selon vos envies.

Voici les canaux, qui différent en fonction de votre opérateur :

Orange SD : 317 et 314
SFR HD : 444 et 447
Free HD : 315 et 318
Bouygues Télécom Bbox : 483 et 486
Numéricable LaBox : 444 et 447
Darty Box : 305 et 310

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture religion société médias économie