RSA : invasion d'une agence de Pôle emploi de Rodez pour protester contre l'attribution de la prestation sous conditions

Vendredi 28 avril en fin de matinée, une vingtaine de manifestants se sont repliés sur le siège de Pôle emploi dans le quartier de Bourran à Rodez (Aveyron). Ils dénoncent la réforme des retraites et les nouvelles mesures d'indemnisations des chômeurs.

Aux alentours de 11h50 ce vendredi 28 avril, environ vingt manifestants d'ENACTION 12, collectif aveyronnais de soutien à la grève reconductible, ont investi le siège de Pôle emploi dans le quartier de Bourran à Rodez (Aveyron) pour protester contre la réforme des retraites et les nouvelles mesures d’indemnisation des chômeurs.

Le RSA sous conditions testé en Aveyron

"L'Aveyron est un département pilote pour tester le RSA conditionné à 20 heures de travail par semaine, c'est notamment mis en place en ce moment dans le bassin de Decazeville. C'est horrible. Ces réformes successives visent à casser tous les droits sociaux acquis ces dernières décennies", dénonce Julie, une des manifestantes.

À l’origine, les manifestants avaient prévu une action au siège régional du Crédit Agricole, sur la commune de Lioujas située à 15 minutes du centre-ville de Rodez. "Nous avons un sourd en face de nous, il va falloir qu'il lâche à un moment ou à un autre. Nous, nous ne lâcherons rien. Nous réagissons à Macron à travers des symboles. Nous sommes des millions dans la rue, apparemment sans effet", regrette Carine, aux côtés de Julie.

On est là pour défendre l'intérêt général. De l'argent, il y en a, mais pour ceux qui le méritent il n'y en a pas beaucoup.

Julie, manifestante

La manifestation au Pôle emploi s'est achevée à 12h30, heure de fermeture de l'établissement.

Le collectif aveyronnais de soutien à la grève reconductible appelle à manifester le lundi 1er mai, en attendant d'autres actions de leur part. De son côté, le gouvernement a confirmé, par la voix de la Première ministre Elisabeth Borne, que le RSA serait désormais bien conditionné à "15 à 20 heures d’activité" pour ses bénéficiaires, or "situations spécifiques".