Sud-Aveyron : le projet d'un hôpital médian pour remplacer ceux de Millau et Saint-Affrique ne fait pas l'unanimité

C'est l'un des enjeux majeurs des prochaines élections municipales dans le sud-Aveyron. Le projet d'hôpital médian, un établissement construit entre Millau et Saint-Affrique et qui remplacerait ces deux hôpitaux de proximité est loin de faire l'unanimité.

L'hôpital médian du sud-Aveyron pourrait voir le jour ici, à Saint Georges de Luzençon, petite commune entre Millau et Saint-Affrique.
L'hôpital médian du sud-Aveyron pourrait voir le jour ici, à Saint Georges de Luzençon, petite commune entre Millau et Saint-Affrique. © Régis Dequeker / FTV
Ce projet d'un hôpital médian, à la pointe de la modernité, construit à Saint Georges de Luzençon, petite commune de 1 600 habitants entre Millau et Saint-Affrique est loin de faire l'unanimité. Il a pourtant été validé il y a moins d'un mois par la ministre de la Santé et pourrait voir le jour d'ici 5 ans. 
 

Une urgence pour les élus locaux 

Cet établissement  devrait se substituer aux hôpitaux des deux villes sud-aveyronnaises, deux structures en grande difficulté financière. Pour les élus locaux, il a une véritable urgence. "Si on ne fait rien, les deux hôpitaux finiront en deux infirmeries, dépendants de médecins qui arriveront d'ici ou là pour des tarifs exhorbitants quand ils voudront bien venir" estime ainsi Alain Fauconnier, le maire socialiste de Saint-Affrique. "C'est ça la réalité des choses. La difficulté est là et nous, les politiques, on a le devoir de tracer un chemin même s'il est difficile.
Arnaud Viala, député de l'Aveyron partage son avis. Il faut selon lui, renforcer l'attractivité d'une zone rurale fragilisée. "Le projet que nous portons" dit-il "c'est pour renforcer la crédibilité médicale et faire en sorte qu'il y ait de moins en moins d'évasion médicale possible et que notre territoire rural puisse s'aménager, attirer des populations et les garder parce qu'il y aura un appareil sanitaire au top."
 

Les doutes des usagers et des syndicats

Le projet devrait avoir un budget de 40 millions d'euros mais il ne convainc ni les syndicats de soignants ni les associations représentatives des usagers qui craignent à terme, la fin des soins de proximité.  

C'est quoi ces services hypermodernes qui vont être montés à Saint-Georges et qui vont brutalement attirer les médecins de Montpellier qui ne veulent pas venir à Millau ni à Saint-Affrique ? Henri Célié, représentant du Manifeste des hopitaux et maternité de proximité

"On a vraiment l'impression qu'aujourd'hui les structures existantes, on essaie de les étouffer pour arriver à cet hôpital médian alors que nous avons des hôpitaux efficients" estime de son côté Pierre-Jean Girard, délégué sud santé qui pointe un gâchis financier, après les nombreux investissements opérés à Millau ces dernières années : "un bloc refait il y a 5 ans, 2 salles neuves, la maternité refaite entièrement..."
Pour l'instant, le projet n'en est encore qu'à ses débuts. De nouvelles réunions entre élus et experts du comité de pilotage doivent se tenir pour discuter des emplois, de l'organisation des services ou encore du financement. Un premier projet détaillé devrait être présenté en avril prochain. 

Voir ici les explications de Mathilde de Flamesnil et Régis Dequeker de France 3 Quercy-Rouergue :

Le projet d'hôpital médian pour remplacer ceux de Millau et Saint-Affrique ne fait pas l'unanimité
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société économie